Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 9 janvier 2018

6 livres à proposer aux néo-Québécois 

Publié le

Un homme transportant une valise marche devant un avion dans un aéroport.
Vue de l'intérieur d'un aéroport   Photo : iStock

L'auteure Sophie Bienvenu ainsi que l'écrivain et professeur de littérature Patrick Nicol répondent à l'une de nos auditrices qui se demande : « Quels sont les premiers livres qu'un immigrant devrait lire pour connaître la littérature québécoise, comprendre la richesse de la culture du Québec et lui donner le goût d'en lire plus à ce sujet? » De Naomi Fontaine à Marcel Dubé en passant par Anne Hébert, les suggestions puisent notamment dans la littérature du terroir québécois. Elles feront certainement le bonheur des nouveaux arrivants.

1- Manikanetish, de Naomi Fontaine
Résumé : « Une enseignante de français en poste dans une réserve indienne de la Côte-Nord raconte son univers et celui de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Autochtone, elle tentera tout pour les sauver du désespoir, même se lancer en théâtre avec eux. De ces voix, ces regards et ces paysages se détachent la lutte et l’espoir. » – Mémoire d'encrier

Ce roman donne envie de relire du Joséphine Bacon, du Natasha Kanapé Fontaine, mais surtout d'en apprendre plus sur la réalité autochtone et innue aujourd'hui, sur l'histoire aussi, qu'on connaît peu et qui nous est excessivement mal racontée.

Sophie Bienvenu

2- Les choses de l'amour à marde, de Maude Veilleux
Résumé : « Veilleux possède une facilité pour exprimer en peu de mots tout l’absurde d’une situation et en tirer un instantané à la fois sensible et franc. C’est une poésie d’un quotidien qui ne fait pas moins mal parce qu’il est banal, et c’est justement dans sa capacité de cerner avec précision ces drames à échelle humaine que réside sa force. » – Éditions de l'écrou

Ce sont des textes courts, parfois très courts, deux vers, qui se situent quelque part entre le picotement d'un bonbon sûr et un coup de poing dans la face.

Sophie Bienvenu

3- Synapses, de Simon Brousseau
Résumé : « Tu es sur le point de dire ton premier mot, tu n’en as pas conscience et pourtant tu t’apprêtes à parler, à participer au malentendu qui te liera désormais aux autres, ta bouche encore engourdie remue, pleine de bave, tu fais l’effort d’articuler une sensation, une pensée, la joie n’est rien sans mots pour la nommer, mais toi, tu sais, tu commences à entrevoir l’étendue de ta joie, tu gazouilles et tu fais des bulles, c’est ton rire que tu transformes en langage sous le regard ému de ta mère... » – Le Cheval d'août 

De ce que je sais, et de mon expérience, je ne crois pas que ce livre aurait existé aujourd'hui ailleurs qu'au Québec, ailleurs qu'au Cheval d'août.

Sophie Bienvenu

4- Un simple soldat, de Marcel Dubé
Résumé : « Classique de la dramaturgie québécoise, Un simple soldat a été écrit et présenté à la télévision en 1957, puis au théâtre l'année suivante. La pièce raconte l'histoire de Joseph Latour, soldat démobilisé avant d'avoir pu combattre à la Seconde Guerre mondiale, qui retrouve une famille désunie qui vivote dans un Québec pauvre et asservi. Révolté, rejetant l'ordre familial et social, Joseph préfère l'aventure, au risque de se retrouver au chômage et de se faire renvoyer de la maison par son père. Il finit par se réengager dans l'armée et part donc pour la Corée où il trouve la mort. » – Les incontournables

C’est la pauvreté de la culture québécoise dont on devrait parler au départ. Dans Un simple soldat, [les personnages] sont pauvres comme la guerre.

Patrick Nicol

5- Les enfants du sabbat, d'Anne Hébert
Résumé : « Anne Hébert, avec le scalpel acéré qu’on lui connaît – et qu’elle manie avec une tranquille assurance –, vient de découvrir un autre pan de notre étrange aventure culturelle, que l’histoire officielle nous avait masqué. Rien n’est plus plausible, en fin de compte, que cette Julie de la Trinité, fille du diable et d’une sorcière, qui apporte dans la vie monastique les images d’une enfance terrible et merveilleuse. » – Réginald Martel, La Presse

Elle est très solide dans sa langue, mais c’est un peu sale. C’est intense.

Patrick Nicol

6- 1984, d’Éric Plamondon (trilogie composée des livres Hongrie-Hollywood Express, Mayonnaise et Pomme S)
Résumé : « La trilogie 1984 raconte le périple de Gabriel Rivages, protagoniste aux cent métiers et alter ego de l’auteur, lancé sur les traces de trois figures américaines du vingtième siècle. Hongrie-Hollywood Express met en scène Johnny Weissmuller, nageur olympique plusieurs fois médaillé d’or et premier Tarzan du cinéma parlant; Mayonnaise mêle le destin de Rivages à celui de l’écrivain culte Richard Brautigan, le dernier des beatniks, qui hante la trilogie; et Pomme S porte sur Steve Jobs, la révolution informatique et les filiations secrètes entre les idées, les machines et les êtres. » – Le Quartanier

Une œuvre qui cherche constamment à situer le Québécois ordinaire dans la grande mouvance mondiale.

Patrick Nicol

Chargement en cours