Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du lundi 27 novembre 2017

Club de lecture : un meurtre sordide, une île lyrique et l'horreur des pensionnats

Publié le

Les trois ouvrages lus au club de lecture
Les trois ouvrages lus au club de lecture   Photo : .

« C'est très bien écrit. Elle ne juge jamais, elle n'emploie pas de morale à cinq cennes, elle dépose une réflexion extrêmement intéressante », dit la comédienne Sophie Lorain à propos du livre Une partie rouge, de Maggie Nelson. Alma, de Jean-Marie Gustave Le Clézio et Le cheval indien, de Richard Wagamese ont su intriguer à leur tour nos fidèles membres du club de lecture, Ludmila Proujanskaïa et Biz.

1- Une partie rouge, Maggie Nelson, traduit de l’anglais (USA) par Julia Deck, Éditions du Sous-sol, 28 août 2017, 224 (17 août 2017 en France)

Résumé du livre :
« Maggie Nelson travaille à un recueil de poésie, Jane : A Murder, livre qui revisite l’histoire de sa tante Jane Mixer, assassinée en 1969 dans le Michigan. Trente-cinq ans plus tard, l’affaire est encore irrésolue. Tout va basculer lorsque l’auteur reçoit un appel de sa mère lui annonçant que la police a trouvé un nouveau suspect, un certain Leiterman, sexagénaire et infirmier à la retraite. Un procès aura lieu. Nelson va y assister avec sa mère et son grand-père, contraints de se confronter à nouveau aux images choquantes du meurtre et à un passé enfoui dans la mémoire familiale. Nelson n’oublie pas. » - Éditions du sous-sol 

« Une partie rouge », Maggie Nelson, traduit de l’anglais (USA) par Julia Deck, Éditions du Sous-sol, 28 août 2017, (17 août 2017 en France)
« Une partie rouge », Maggie Nelson, traduit de l’anglais (USA) par Julia Deck, Éditions du Sous-sol, 28 août 2017, (17 août 2017 en France)   Photo : Éditions du sous-sol

C'est très bien écrit. Elle ne juge jamais, elle n'emploie pas de morale à cinq cennes, elle dépose une réflexion extrêmement intéressante

Sophie Lorain

2- Alma, Jean-Marie Gustave Le Clézio, Gallimard, 23 octobre 2017 (en France le 5 octobre 2017)

Résumé du livre
: « Voici donc des histoires croisées, celle de Jérémie, en quête de Raphus cucullatus, alias l'oiseau de nausée, le dodo mauricien jadis exterminé par les humains, et celle de Dominique, alias Dodo, l'admirable hobo, né pour faire rire. Leur lieu commun est Alma, l'ancien domaine des Felsen sur l'île Maurice, que les temps modernes ont changée en Maya, la terre des illusions... » - Gallimard

Alma, Jean-Marie Gustave Le Clézio, Gallimard, 23 octobre 2017 (en France le 5 octobre 2017)
« Almax », Jean-Marie Gustave Le Clézio, Gallimard, 23 octobre 2017 (en France le 5 octobre 2017)   Photo : Gallimard

Difficile à lire, descriptif, philosophique, mais qui a une grande charge intellectuelle et citoyenne

Ludmila Proujanskaïa

3-Cheval Indien, Richard Wagamese, XYZ, 28 septembre 2017, (parution originale en langue anglaise en 2012 chez Douglas & McIntyre)

Résumé du livre : « Enfermé dans un centre de désintoxication, Saul Cheval Indien touche le fond et il semble qu’il n’y ait plus qu’une seule issue à son existence. Plongé en pleine introspection, cet Ojibwé, d’origine Anishinabeg du Nord ontarien, se remémore à la fois les horreurs vécues dans les pensionnats autochtones et sa passion pour le hockey, sport dans lequel il excelle. Saul, confronté aux dures réalités du Canada des années 1960-1970, a été victime de racisme et a subi les effets dévastateurs de l’aliénation et du déracinement culturels qui ont frappé plusieurs communautés des Premières Nations. » - XYZ

Cheval Indien, Richard Wagamese, XYZ, 28 septembre 2017, (parution originale en langue anglaise en 2012 chez Douglas & McIntyre)
« Cheval Indien », Richard Wagamese, XYZ, 28 septembre 2017, (parution originale en langue anglaise en 2012 chez Douglas & McIntyre)   Photo : Éditions WYZ

On comprend mieux toute l'oeuvre de destruction des pensionnats sur les jeunes autochtones

AuteurBiz

Chargement en cours