Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 17 novembre 2017

La « montée de lait » de l'immortelle Manal Drissi contre l'Académie française

Publié le

Manal Drissi sourit en lisant son texte.
La très pertinente Manal Drissi   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

« Que l'on m'explique pourquoi c'est péjoratif de conjuguer votre existence au féminin, messieurs, pourquoi est-ce une insulte de faire quelque chose comme une fille, pourquoi tout un pan de la société chiale que le mot « féminisme » exclue les hommes, mais que l'on devrait, quand on est femme, se reconnaître en tout temps dans le masculin pluriel dès que l'un de vous daigne nous honorer de sa présence », demande la chroniqueuse qui n'a pas la langue dans sa poche Manal Drissi. Cette dernière en a ras le bol des politiques sexistes de l'Académie française dans le dossier de la langue inclusive.

Extrait de sa « montée de lait » :

« Avez-vous idée des répercussions de la supériorité d’un genre sur l’autre dans la langue même qui régit leurs échanges? Autant dire que l’eau qu’on boit est infectée par le sexisme. […] Avant que le masculin l’emporte il y a quatre siècles, c’est l’accord de proximité qui prévalait.

Et par milliers, dans les dernières semaines, des profs se sont engagés à l’enseigner en lieu et place de la victoire d’un genre sur l’autre. [...] S’il pouvait s’échapper des livres des autrices qui nous entourent, le français vous dirait qu’il accepte volontiers de se faire violence momentanément pour que le féminin habite la langue de Molière de toute sa verve, sans se confiner dans l’ombre d’une noblesse masculine mythique. Il vous dirait probablement aussi que l’ajout des néologismes « rooftop » et « workout » au dictionnaire lui est pas mal plus nocif que l’écriture inclusive. » - Manal Drissi

Chargement en cours