Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du vendredi 20 octobre 2017

Le micro ouvert de Micheline Lanctôt : parler vrai

Publié le

Affublée de lunettes bleues, la comédienne parle au micro.
La comédienne et réalisatrice Micheline Lanctôt présente un texte sur l'importance d'être clair et précis lorsqu'on communique.   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

« Je lutte avec les mots depuis toujours. Lorsque je parle ou que j'écris, je suis brutale. » La comédienne et réalisatrice Micheline Lanctôt, connue pour son franc-parler, avoue préférer le non-verbal et savoir mieux décoder les tics et les manies que les discours trop bien enrobés. Dans son micro ouvert, elle dénonce un parler inauthentique, artificiel et mensonger, plaidant pour un discours clair et précis, sans esbroufe.

Un extrait du micro ouvert :

J’ai appris, péniblement, l’art de la répartie, mais je n’ai jamais réussi à produire les mots d’esprit et les vannes, dont mon mari possédait l’admirable secret.

On m’a souvent reproché, ou admiré, c’est selon, une franchise parfois décapante. Mais voilà, les mots me trahissent. Les nuances se perdent, non pas faute de vocabulaire, mais faute de maîtriser l’agencement sémantique et de lui faire confiance. Je perds patience, ça sort en vrac, sans finesse, sans filtre. Je le dis comme je le pense, sans y mettre les formes dont d’autres, plus habiles que moi, maîtrisent la façon.

Il a quelques années, j’ai entendu Boris Cyrulnik à la radio. À mesure qu’il parlait, il me semblait tout comprendre : son langage était clair, précis, articulé, signifiant. C’était donc possible? Il y avait moyen de parler pour se comprendre? Même chose pour Noam Chomsky, dont les idées les plus touffues s’expriment dans une parole si claire qu’elle nous fait nous sentir intelligents.

RÉFÉRENCES :
Fatale Station, une série de Stéphane Bourguignon réalisée par Rafaël Ouellet
Les affamés, de Robin Aubert, présentement en salles
La disparition, une série réalisée par Peter Stebbings

Chargement en cours