Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 5 septembre 2017

Veni, vidi, vici : les tribulations de Manal Drissi sur Tinder

Publié le

La chroniqueuse Manal Drissi a testé l'application de rencontre Tinder
La chroniqueuse Manal Drissi a testé l'application de rencontre Tinder   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Chercher l'amour sur Tinder, c'est comme aller à Bagdad pour l'architecture. C'est plus une job d'archéologie », ironise la chroniqueuse et blogueuse Manal Drissi qui a testé la populaire application de rencontre en ligne. Anthropologue des temps modernes, elle rapporte les comportements les plus loufoques aperçus dans cet univers de la drague à l'ère numérique.

Ce n’est pas parce que tu manges des poke bowls et que tu as passé deux semaines en Thaïlande que tu es épicurien. Tu n’as pas besoin de spécifier que tu aimes voyager, ceux qui n’aiment pas voyager, on le voit tout de suite à leur t-shirt de La Meute.

Et pourquoi l’une des premières informations que les gens pensent à donner sur eux est leur grandeur? On ne s’en va pas à La Ronde buddy, on s’en va clavarder. Au pire, si c’est super important pour moi, je vais te le demander. Les photos de groupe, c’est non. Ce n’est pas une partie de Guess Who

Manal Drissi

Chargement en cours