Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mardi 20 décembre 2016

La pensée critique, plus fondamentale que jamais en 2016

Publié le

Normand Baillargeon au micro de Marie-Louise Arsenault
Normand Baillargeon au micro de Marie-Louise Arsenault   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

En cette ère de post-vérité et au moment où certains citoyens, principalement les jeunes, distinguent de moins en moins bien les vraies nouvelles des fausses sur les réseaux sociaux, l'exercice de la pensée critique apparaît plus pertinent que jamais, plaident Michel Sasseville, professeur à la Faculté de philosophie de l'Université Laval, le philosophe et auteur Normand Baillargeon et Lynda Dion, professeure de français à l'École secondaire Mitchell-Montcalm.

D’entrée de jeu, Michel Sasseville concède que nous vivons à une époque où tout se déroule très rapidement, où les informations, relayées à la vitesse grand V, sont innombrables. Dans ce contexte, il peut devenir ardu pour certains jeunes, et même certains adultes, de s’y retrouver.

C’est pourtant ici que la pensée critique doit s’opérer, dit Michel Sasseville. Son exercice réside, entre autres, dans le fait de prendre le temps, de s'accorder un certain recul pour démythifier le vrai du faux, une démarche fondamentale que tout un chacun s’accorde malheureusement de moins en moins.

On est bombardé par toutes sortes d’informations, de toute part, de tous côtés. Il faut prendre le temps d’aller chercher la source et de l’évaluer. […] On ne prend pas ce temps-là. Aujourd’hui, tout va très rapidement et peut-être qu’on ne le prend pas, parce qu’on n’a pas été invité, très tôt, à prendre le temps.

Michel Sasseville

Normand Baillargeon abonde dans le même sens que Michel Sasseville. « On vit à une époque où ça devient difficile de prendre du recul en raison de la surabondance d’informations auxquelles on est appelé à réagir presque instantanément, et ça, ça veut dire presque sans penser. C’est troublant », dit le professeur et auteur.

Le contexte médiatique dans lequel se trouve présentement le Québec, et règle générale le monde occidental, nuit un peu à l’exercice de la pensée critique, déplore Normand Baillargeon. La popularité grandissante des chroniqueurs d’opinion et la désaffection journalistique constatée depuis quelques années sont des ennemis de taille, dit-il.

« Pour faire preuve de pensée critique, il faut quand même qu’il y ait des faits sur lesquels on peut débattre », affirme Normand Baillargeon.

À partir du moment où il y a une diminution du journalisme, une diminution du travail médiatique accompli par des journalistes qui font le travail d’aller chercher les faits, et qu’il n’y a plus que des opinions, auxquelles on réagit de manière très impulsive, je pense qu’on est mal placé pour exercer sa pensée critique.

Normand Baillargeon

Il y a tout de même de l’espoir. La solution réside peut-être, en partie, dans l’enseignement de la philosophie au primaire. Normand Baillargeon cite d'ailleurs une étude menée auprès de 3000 enfants de 9 à 10 ans dans 48 écoles en Grande-Bretagne, où a été enseignée la philosophie.

Selon les résultats de cette étude, effectuée par l'Education Endowment Foundation, les élèves ont vu leurs résultats scolaires s’améliorer en mathématiques et en français. L’enseignement de la philosophie a aussi eu un effet bénéfique sur les rapports entre élèves.

Pour sa part, Lynda Dion, qui enseigne aussi la création littéraire depuis 28 ans, est d’avis que les jeunes doivent être placés assez tôt dans un contexte d’éducation où ils auront à se questionner, à émettre des doutes.

Références :

La pratique de la philosophie avec les enfants, sous la direction de Michel Sasseville, Presses de l'Université Laval, 2009
La pratique du dialogue philosophique au secondaire : vers une dialogique entre théories et pratiques, Mathieu Gagnon, Presses de l'Université Laval, 2016
Penser ensemble à l’école : des outils pour l’observation d’une communauté de recherche philosophique en action, Michel Sasseville et Mathieu Gagnon, Presses de l'Université Laval, 2012
Des enfants pensent l'avenir : philosophie pour enfants et prévention de la violence, Pierre Laurendeau, Presses de l'Université Laval, 2014
« Un vaccin de pensée critique? », Normand Baillargeon, paru dans voir.ca, 2016
« S'instruire... pour ne pas se laisser raconter n'importe quoi! », Camélia Handfield, paru dans La Tribune, 2014
« Le prof Baillargeon et la pensée critique », Louis Cornellier, paru dans Le Devoir, 2005
« Most Students Don't Know When News Is Fake, Stanford Study Finds », Sue Shellenbarger, paru dans The Wall Street Journal, 2016

Chargement en cours