Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du lundi 19 septembre 2016

Airbnb et Uber, nouveaux visages du capitalisme

Publié le

Un aperçu de l'application Airbnb
Un aperçu de l'application Airbnb   Photo : John MacDougall

« Comme le rappelle Arun Sundararajan, on n'est pas dans une économie du partage [...] On est dans une nouvelle forme de capitalisme. » Nicolas Tittley a lu The Sharing Economy: The End of Employment and the Rise of Crowd-Based Capitalism, et Ce qui est à toi est à moi : contre Airbnb, Uber et autres avatars de l'économie du partage, de Tom Slee. Dans ces ouvrages, les auteurs estiment que l'expression « économie du partage » semble s'être dénaturée avec le temps.

Bien qu’ils aient des opinions divergentes – Arun Sundararajan est plutôt optimiste par rapport au potentiel d'Airbnb et d'Uber, alors que Tom Slee affiche un ultrapessimisme à ce sujet –, les deux auteurs semblent s’accorder sur le fait que l’utilisation du terme « économie du partage » est un peu trompeuse.

« En ce moment, 80 % des chambres ou des logements sur Airbnb sont loués par des gens qui possèdent plus d’un logement. Donc, ce n’est plus l’idée du partage, de la personne qui a une chambre libre et tout ça : ces gens sont des spéculateurs, qui investissent et qui sont en train de complètement changer la donne », rappelle Nicolas Tittley, citant Arun Sundararajan.

Bref, l’utilisation de l’expression semble être galvaudée de nos jours et ne plus correspondre à ce que sont devenues les plateformes comme Uber et Airbnb, selon les deux auteurs.

« De se servir encore de l’expression "économie du partage", c’est simplement faire appel à l’émotion initiale, parce qu’au départ, avant Airbnb, il y a eu des choses comme Couchsurfing.org, où il n’y avait aucun échange monétaire […] Donc, on garde cette image-là », affirme Nicolas Tittley, parlant cette fois de l'analyse que fait Tom Slee.

Le point commun entre Arun Sundararajan et Tom Slee s’arrête cependant là, prévient Nicolas Tittley. En effet, Tom Slee y va d'une charge à fond de train contre les Airbnb et Uber de ce monde, qu'ils voient comme la consécration du libertarisme, tandis qu'Arun Sundararajan pose un regard plus positif sur ces nouvelles plateformes.

« Je vous conseille de lire le livre d'Arun Sundararajan sur le capitalisme de masse qui, à mon avis, est beaucoup plus juste », conclut-il.

Références :

The Sharing Economy: The End of Employment and the Rise of Crowd-Based Capitalism, d'Arun Sundararajan, The MIT Press, 2016
Ce qui est à toi est à moi : contre Airbnb, Uber et autres avatars de l’économie du partage, de Tom Slee, Lux Éditeur, traduit de l’anglais par Hélène Rioux, 2016

Chargement en cours