Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Louise Arsenault
Audio fil du mercredi 10 février 2016

Les mots à bannir du discours amoureux

Publié le

L'auteure Daphné B., la comédienne Louise Deschâtelets et l'auteur Maxime Olivier Moutier
L'auteure Daphné B., la comédienne Louise Deschâtelets et l'auteur Maxime Olivier Moutier   Photo : Radio-Canada/Olivier Paradis-Lemieux

À quelques jours de la Saint-Valentin, Daphné B., Louise Deschâtelets et Maxime Olivier Moutier proposent de nettoyer le langage amoureux. L'expression « prendre un break » passe à la trappe, comme les préliminaires, l'amour virtuel, la monogamie et la fameuse règle des trois jours.

Les mots à bannir

Daphné B., auteure de Bluetiful
L’anglicisme liker sur l’application Tinder
« Ça nous amène à voir l’attraction entre deux personnes dans un mode binaire. On évacue complètement la complexité et les nuances. »

La règle des trois jours
« Trois jours, c’est le délai requis pour ne pas paraître désespéré ou vulnérable. Le problème avec ces règles, c’est que ça fait la promotion d’une froideur ou d’un désengagement émotif. »

L’amour virtuel
« C’est un terme daté et qui tend à disparaître. Le problème, c’est que ça impliquerait que les relations médiées par l’écran sont moins vraies. »

Maxime Olivier Moutier, auteur de Journal d’un étudiant en histoire de l’art
Préliminaires
« Avec les nouveaux modes de rencontre, ce qu’on cherche à bannir, c’est toutes les étapes qui précèdent les rapports sexuels. Cruiser, ça devient un peu mal vu. »

Monogamie
« Pourquoi on demande encore qu’on soit fidèle? Ça va en contradiction avec les valeurs d’aujourd’hui. »

Femme-fontaine
« Certaines en ont honte et d’autres en font une fierté. »

Louise Deschâtelets, comédienne et animatrice. Elle tient la chronique « Le courrier de Louise » dans le Journal de Montréal.
Je t’aime beaucoup
« Je suis incapable d’entendre ce mot dans la bouche de quelqu’un qui est en amour. […] Le “beaucoup” est extrêmement dérangeant. Il qualifie l’amour. Ça veut dire qu’on n’aime pas totalement. »

Copain/copine
« Un copain, c’est un ami, c’est un collègue, c’est un chien. »

Prendre un break
« Dites-vous que vous ne voulez plus continuer. Un break, c’est une cassure, une brisure. Un break, ça ne signifie pas que tu vas réfléchir pour mieux aller après. »

Chargement en cours