Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Craig
Audio fil du lundi 26 juin 2017

Pétanque et brandy, les astuces d'une centenaire

Publié le

Claire Sigouin, centenaire coquette et bien active, devant son ordinateur.
Claire Sigouin est une centenaire toujours active.   Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

Claire Sigouin a célébré son centenaire en 2015. La dame de 102 ans conduit toujours sa voiture, par souci d'autonomie, et vit seule dans la maison que son mari avait construite en 1932. « Je suis bien, je suis chez nous, je fais ce que je veux. Dans ma maison, je ne dérange personne. » La championne de pétanque et joueuse de bridge dévoile ses secrets de longévité lors d'une balade sur le bord de l'eau à Bois-des-Filion, un secteur qui a bien changé.

Un petit verre pour bien commencer la journée
Selon la centenaire, il ne suffit que d’un ingrédient pour s’assurer d’être en santé. « Après le déjeuner, je prends juste un tout petit verre de brandy, et après de l’eau. Ensuite, je prends un peu de citron et de l’huile d’olive, je ne prends aucun médicament. J’ai une amie qui est revenue d’Europe, et en rentrant, elle était fatiguée. Son médecin lui a dit de prendre juste un peu de brandy. Moi, j’allais voir le mien et il me disait de prendre des remèdes. Je me suis dit que tant qu’à prendre des pilules, j'allais m’acheter une bouteille. Ça brûle les microbes. »

Se baigner et danser à la Plage-Idéale dans les années 30
Pendant sa balade, elle passe devant l’île Garth, sur la rivière des Mille-Îles. Claire Sigouin se souvient de la salle de danse de la Plage-Idéale (à Laval), où elle était caissière. « C’était la plus grande salle de danse du Canada. En 1933, il fallait payer 25 sous pour y entrer (alors que la livre de beurre coûtait 18 sous). Après, ils devaient payer 5 sous par danse. Les femmes devaient être bien mises et bien habillées pour y entrer, et les hommes devaient être en complet, sinon ils n’entraient pas. C’était avant le rock'n'roll, on dansait le charleston. »

Chargement en cours