Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mardi 23 mai 2017

Sereni-T, la rappeuse qui fait mordre la poussière aux hommes

Publié le

La rappeuse Tamara Hector alias Sereni-T
La rappeuse Tamara Hector alias Sereni-T   Photo : KL

Qui a dit que le rap était une affaire d'hommes? Tamara Hector, alias Sereni-T, a prouvé qu'elle savait manier le verbe durant la End of the Weak, une compétition où des rappeurs improvisent des rimes lors d'un duel. Elle est la seule femme à avoir remporté cette épreuve, notamment grâce à sa persévérance, mais surtout grâce à son amour du rap. « J'aime la poésie depuis que je suis jeune, et puis le [l'acronyme] rap, ça veut dire rythme avec la poésie » , rappelle-t-elle.

Un milieu macho?
La scène rap est généralement un milieu masculin qui vient parfois avec son lot de sexisme. Ce contexte n'a pourtant pas empêché Sereni-T de prendre le micro sur scène. Pionnière des compétitions québécoises où s'affrontent a cappella des rappeurs, Sereni-T remarque que de plus en plus de femmes se démarquent à ces événements. « Je sens [que le milieu du rap] est macho, il y a beaucoup d'ego, mais présentement, les gens ouvrent leur cœur et leurs yeux. Les femmes sont présentement en train de devenir meilleures que les hommes. »

Son inspiration
C'est chez les rappeurs américains qu'elle puise son inspiration. « J'ai des modèles américains, car je ne voyais pas vraiment de rappeurs ou de rappeuses canadiens ou québécois. Des modèles comme Missy Elliot, Notorious, B.I.G., Tupac pour son écriture et Jay Z pour son flot », confie-t-elle.

Infirmière et rappeuse
Timide, elle a commencé à écrire de la poésie cachée dans sa chambre. « À l'âge de 11-12 ans, j'étais toujours en train d'écrire des choses, en train de faire un petit rap. » Elle est aujourd'hui infirmière, mais elle troque de plus en plus sa blouse blanche pour le micro et la scène. Elle compte bien se battre à la finale de la End of the Weak, le 19 août prochain au Belmont. Le gagnant ou la gagnante ira défendre les couleurs du Québec à la grande finale à Prague.

Vidéoclip de sa chanson Buttons

Chargement en cours