Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du vendredi 17 mars 2017

De l'humour dans les bars, tous les soirs, plus que jamais

Publié le

Jay Du Temple anime, entre autres, les Drôles de jeudis au bar Chez Maurice à St-Lazare.
Jay Du Temple anime, entre autres, les Drôles de jeudis au bar Chez Maurice à St-Lazare.   Photo : Chez Maurice

Se faire les dents dans les bars devant un public plus ou moins éméché est un passage obligé pour les humoristes. Jamais cet univers humoristique parallèle, qui échappe en partie au joug des gros producteurs comme Juste pour rire, n'a été aussi vivant que maintenant. « On vit vraiment un âge d'or », disent les humoristes Preach et Jay Du Temple, ainsi que l'auteure Odrée Rousseau.

Jay Du Temple peut en témoigner : il anime pas moins de trois de ces soirées sur une base hebdomadaire. On peut le voir sur scène à Montréal le lundi au bar le Jockey, puis le mercredi à Gatineau au bar Mardi gras et finalement le jeudi au bar Chez Maurice à Saint-Lazare. « Il y a indéniablement une effervescence, dit-il, et le mieux dans tout ça, c'est qu'on est maintenant loin du cliché de la "joke grasse" de fond de bar et des idées reçues sur les relations hommes-femmes. Il y a une vraie diversité dans ces soirées qui offrent aux humoristes un espace d'expérimentation et de rodage, dans une permissivité formidable. »

Depuis l'ouverture, à Montréal, du Bordel Comédie Club, qui reprend le concept des cabarets humoristiques new-yorkais, une nouvelle lumière a jailli sur les spectacles d'humour ou les soirées « micro ouvert » présentés un peu partout au Québec, dans des estaminets variés. On peut y découvrir, disent nos trois invités, des humoristes aguerris qui prennent des risques, mais aussi des humoristes qui utilisent ces soirées pour faire leur petit bout de chemin sans passer par l’École nationale de l’humour ou par les autres canaux traditionnels.

C'est le signe d'une excellente santé de notre scène humoristique. Il y a un plus grand nombre de joueurs et ça fait en sorte qu'en 2017, Juste pour rire n'est plus tout seul à dominer le marché.

Preach, animateur des soirées du pub McLean's avec son complice Aba

Toutefois, le public est-il vraiment assez nombreux pour remplir autant de salles? « Oui et non », répond l'auteure Odrée Rousseau, qui écrit notamment des textes pour Katherine Levac, Mariana Mazza et Jonathan Roberge. « Certaines soirées open mic, comme celle qu’anime Jay le lundi, sont extrêmement populaires et attirent un vrai public de mordus de l'humour. Mais, d’autres soirées sont moins courues, et certaines ont aussi un public ironique, qui vient pour se moquer des faux pas des débutants, un peu comme dans un freak show. Disons que la répartition du public entre les différentes soirées est plutôt inégalitaire. »

Chargement en cours