Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mercredi 8 novembre 2017

François Pérusse, humoriste rassembleur par excellence, selon Arnaud Soly

Publié le

François Pérusse a inspiré de nombreux humoristes de la relève.
Arnaud Soly a déclaré son amour à l'oeuvre de François Pérusse.   Photo : Radio-Canada

À en croire Arnaud Soly, l'humour de François Pérusse est universel. Il fait rire les vieux, les jeunes, les érudits, les illettrés, la gauche, la droite, le centre... et même ceux qui ne parlent pas français. « Pérusse, c'est de la musique. Et je ne parle pas de ses chansons, précise l'humoriste. Je parle de son rythme comique, ses inflexions vocales, son timing impeccable... Même sans le sens des mots, Pérusse est drôle. »

En plus de plaire à tous, l’idéateur des Albums du peuple est aussi intemporel. « Oui, il fait des références à son époque, mais il parle de politique sans nécessairement être ancré dans l’actualité », explique Arnaud Soly, qui a autant ri en écoutant l’album des succès de François Pérusse Best Ove qu’à sa première écoute, en 1997, alors qu’il était assis côte à côte avec son père sur le divan.

Modèle d’une génération d’artistes
Arnaud Soly s’est entretenu avec d’autres humoristes de son âge pour mesurer quelle influence avait eue François Pérusse sur leur vie. Voici en rafales quelques-unes de leurs réponses.

Pour Alex Mackenzie Faucher, François Pérusse a été le phare des humoristes autodidactes, alors que dans les années 1990-2000, l’École de nationale de l’humour produisait selon lui des humoristes vedettes formatés. « C’était un artiste sorti de nulle part, qui ne participait pas au grand star-system de l’humour, tout en vendant des centaines de milliers de copies de ses CD. »

J’aimais tellement François Pérusse que j’ai nommé mon oiseau François Perruche.

Rosalie Vaillancourt

Pour Julien Corriveau, des Appendices, ce qui a été le plus marquant était le ton de Pérusse, son niveau de jeu et sa manière d'exploiter le malaise.

Chargement en cours