Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mercredi 26 avril 2017

Romancer ou démolir : comment éviter les clichés sur la région en culture

Publié le

Est-ce qu'idéaliser les milieux ruraux, c'est vraiment mieux que les diaboliser?
Est-ce qu'idéaliser les milieux ruraux, c'est vraiment mieux que les diaboliser?   Photo : iStock

Si Montréal est sans contredit la métropole culturelle du Québec, les autres régions du Québec ne foisonnent pas moins de propositions culturelles intéressantes. Elles sont même source de créativité pour de nombreux artistes qui choisissent de s'y installer. Pour détruire les clichés associés aux mondes urbain et rural, Rebecca Makonnen s'est entretenue avec l'artiste multidisciplinaire Silver Catalano, la journaliste au Voir Catherine Genest, l'auteur Kevin Lambert, le cinéaste Éric Morin, et l'auteur-compositeur-interprète Benoit Pinette (Tire le coyote).

« Mon art est très connecté à la nature, souligne Silver Catalano. Retourner en Gaspésie m’a permis de continuer à évoluer. »

Le territoire d’origine
La région, pour de nombreuses personnes exilées, devient souvent le territoire de l’enfance et du mythe fondateur. « Il y a toujours un sentiment de nostalgie quand on retourne à ses racines, souligne Benoit Pinette, l’homme derrière Tire le coyote. Ça peut être joyeux pour certains, triste pour d’autres. L’enfance qu’on a eue va teinter cette perception-là. »

Je me sers de mon exode à Montréal pour avoir du recul. Je vois peut-être plus le laid que les gens de la région, mais je vois aussi le beau qu’ils ne voient plus.

Éric Morin, cinéaste

Un acte politique
Dans son livre Tu tueras ce que tu as aimé, Kevin Lambert n’est pas tendre avec sa ville natale, Chicoutimi. On pourrait même dire qu’il lui crache sa haine au visage. Il explique en entrevue qu’en critiquant cette ville du Saguenay, il s’oppose aux valeurs souvent véhiculées en région, plutôt qu’à la région elle-même. « Il y a, dans la culture populaire, un rapport édifiant à l’histoire, la tradition, la filiation des pères, etc. Moi ça m’emmerde complètement. Ma manière d’agir là-dessus c’est dans l’imaginaire. C’est une action politique. »

Montréal, une ville idéalisée
Pour les artistes, déménager dans la métropole n’est pas toujours un gage de succès, d’autant plus qu’il est maintenant possible de faire connaître son art grâce aux réseaux sociaux.

La métropole est considérée comme un Eldorado de la culture et de médias. Je vois vraiment un exode des jeunes vers Montréal dans mon milieu. Rester dans sa ville d’origine, c’est un acte de résistance.

Catherine Genest, journaliste

Chargement en cours