Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mardi 11 avril 2017

Gloire éphémère sur le web : pas lucrative pour tous

Publié le

La vidéo intitulée Laughing Chewbacca Mask Lady cumule plus de 9 millions de visionnements sur Youtube.
La vidéo intitulée Laughing Chewbacca Mask Lady cumule plus de 9 millions de visionnements sur Youtube.   Photo : Capture d'écran Youtube/Candace Payne

Faire de l'argent grâce une popularité instantanée sur le web n'est pas donné à tous. La directrice du contenu numérique à Urbania, Valérie Duhaime, explique qu'il est plus facile pour une femme blanche comme la « Chewbacca Mom » de profiter de sa viralité que pour une femme noire comme Peaches Monroe, qui a popularisé l'expression « on fleek » sur le web.

« Il y a très peu, voire aucun exemple de star du web noire qui a réussi à faire de l’argent avec une phrase ou une expression qui est passée dans le langage populaire », souligne-t-elle.

Au Québec, les vedettes du web se recyclent dans les bars
Jonathan Montalvo, 20 ans, connu pour avoir popularisé l’expression « Mon père est riche en tabarnak », et Momo, de la vidéo virale « Tequila, Heineken, pas l’temps de niaiser », l’ont bien compris. Tous deux ont utilisé leurs 15 minutes de gloire pour participer à des événements dans des bars de Montréal à titre d’hôtes.

Chargement en cours