Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du mardi 8 août 2017

Fierté Montréal : plus de danse, moins de politique

Publié le

Raphaële Frigon, Jamie Ross, et Billy Eff
Raphaële Frigon, Jamie Ross, et Billy Eff   Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

Jamie Ross, coorganisateur du festival Pervers/Cité, et Raphaële Frigon, coorganisatrice du groupe Euphorie dans le genre, déplorent l'affaiblissement du message politique de Fierté Montréal. Billy Eff, journaliste à Vice, organise l'événement In Deep Kiki Vogue Ball, et compte bien surfer sur le succès de ce genre de soirées de danse communautaires à portée politique.

La culture kiki ball en vogue
Billy Eff est une figure de la culture des bals kiki (kiki balls). Il explique que les communautés noires et latines à Harlem ont lancé ce phénomène dans les années 20, car elles se sentaient peu représentées par les événements de drag queens qui avaient déjà cours à l’époque : « C’est toujours les Blanches qui gagnaient. »

Lors de ces bals, s’affrontaient des danseurs appartenant à différentes maisons. Ces maisons étaient des familles d’adoption qui prenaient sous leur aile des jeunes souvent rejetés par leurs parents en raison de leur orientation sexuelle ou de leur choix de genre.

Ces bals sont passés d’événements compétitifs de danse à une véritable culture, dont font désormais partie les bals kiki. Selon une analogie sportive, si les bals étaient la ligue majeure, les bals kiki seraient les équipes collégiales. À Montréal, les bals kiki rencontrent du succès. Ainsi, selon Billy Eff : « Le premier [bal] kiki que l’on a organisé, de 200 à 300 personnes sont venues, alors que la salle pouvait contenir 100 personnes. »

Fierté Montréal a perdu son ambition politique, selon Jamie Ross
Le bal kiki organisé par Billy Eff est un des nombreux événements qui prendront place lors de Fierté Montréal. Selon Jamie Ross, cette manifestation n’a plus la même portée politique qu’auparavant. Avec Pervers/Cité, un festival altersexuel (queer), il vise à proposer des activités destinées à revenir aux fondements radicaux du mouvement de la fierté LGBT, alors que le climat est à « l’aseptisation homogénéisée des queers », comme le site web de Pervers/Cité l’indique. Jamie Ross rappelle qu’en 1990 des personnes homosexuelles avaient été victimes de violence lors d’une descente de police au cours d’une soirée Sex Garage, dans un bâtiment industriel du centre-ville.

En 2013, la communauté transgenre a connu une avancée importante au Québec avec l’adoption du projet de loi no 35 qui permet aux transgenres de modifier le sexe indiqué sur leur acte de naissance, sans avoir subi une intervention chirurgicale. Toutefois, selon Raphaële Frigon, elle-même transgenre, il y a encore de la discrimination. Si l’on parle beaucoup plus des communautés transgenres ces dernières années, et si Fierté Montréal est une tribune pour la communauté LGBT, Rafaële Frigon déplore le fait que, le reste de l’année, l’identité transgenre est régie par des personnes non transgenres.

Références :
Le site de Fierté Canada Montréal
L’événement Indeep Kiki vogue Ball, le 13 août à Montréal
Vidéo du NYC Kiki Ball 2016

Le documentaire Paris is Burning, Jennie Livingston, 1990
Vogue, Madonna, Keep it together, 1990
L’événement Les affiches chaudes d’été, Artexte, le 16 août à Montréal

Chargement en cours