Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du mercredi 19 juillet 2017

Érotisme : ces mots qui font rougir

Publié le

Le chroniqueur, scénariste et auteur Stéphane Dompierre accorde une entrevue.
Le chroniqueur, scénariste et auteur Stéphane Dompierre   Photo : Radio-Canada / Karine Poirier

Avec la multiplication des soirées de lecture et l'émergence des balados coquins, la littérature érotique connaîtrait-elle un regain de popularité ? L'auteur Stéphane Dompierre, et le réalisateur et animateur d'émissions balado Julien Morissette sont en studio avec Karyne Lefebvre pour en discuter.

Si certains sujets font rougir et posent un défi quand ils sont traités en public, d’autres permettent de s’amuser et de passer un bon moment entre amis en raison de leur potentiel comique.

C'est exactement ce que vit Stéphane Dompierre au Zoofest puisqu’il participe au Cabaret érotique, présenté jusqu’au 30 juillet. Pour lui, ce n’est pas une communion érotique que de jouer sur une scène. « On n’est pas dans l’intime, on est devant une salle. Il y a une interprétation. Tu ne peux pas jouer au premier degré, ce serait un peu risible », avance-t-il. Quant au balado, c'est l’inverse, selon Julien Morissette, car sa force repose dans l’intimité. L’endroit où l'on se trouve pendant l'écoute joue un rôle important dans l’appréciation des œuvres.

En faisant de la recherche, j’écoutais des extraits en public, dans des cafés… […] Le rapport [à ce type d’œuvre] dans la voiture, c’est complètement différent […]. Je me suis gardé une petite gêne.

Julien Morissette

L’histoire avant l’érotisme

Ces dernières années, Stéphane Dompierre a collaboré avec plusieurs auteurs pour créer des recueils de nouvelles érotiques. Pour ce genre de littérature, savoir manier les mots est particulièrement important.

[Pour les auteurs], le grand défi et la [plus grande] peur, c’est d’avoir l’air ridicule. Il faut établir un vocabulaire. […] L’histoire doit être bonne avant d’être érotique.

Stéphane Dompierre

Les deux invités ont également découvert des auteurs qu’ils apprécient particulièrement et qui donnent plutôt dans les histoires farfelues. Stéphane Dompierre cite Kitty Clarkson, qui mêle les dinosaures et l’érotisme. Julien Morissette, quant à lui, est devenu fan de Rocky Flintstone, le créateur de « Belinda Blinked », en écoutant les balados de My Dad Wrote a Porno, qui connaissent un succès monstre.

Au-delà de ces balados plus comiques, d’autres œuvres de style différent se développent. Certaines, comme celles rassemblées sur le site ctrl X que Julien Morissette a particulièrement aimées, misent sur l’habillage sonore, la relation d’intimité et la qualité de la littérature choisie.

Chargement en cours