Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel C. Auger
Audio fil du vendredi 9 février 2018

Commission Viens : « Une occasion unique de faire les choses autrement »

Publié le

Christian Leblanc, le procureur en chef de la Commission Viens
Le procureur en chef et porte-parole de la Commission Viens, Christian Leblanc au micro de Michel C. Auger   Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

« C'est une occasion unique d'amener tous les sujets à la table et de se remettre en question », s'enthousiasme le procureur en chef de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec, qui a pourtant une longue expérience du vaste thème que son équipe explore. Alors que la commission Viens tient audience à Montréal à compter de lundi prochain, Me Christian Leblanc invite les Autochtones vivant à Montréal à faire part de leurs expériences à son équipe.

Le président de la Commission sur les relations avec les Autochtones, Jacques Viens
Jacques Viens, président de la Commission sur les relations avec les Autochtones Photo : Radio-Canada/Émélie Rivard-Boudreau

« Très tôt, ça a été évident que nous ne devions pas reproduire certaines choses qui pouvaient être des sujets de reproches, certains comportements que les Autochtones peuvent subir par rapport à l’appareil gouvernemental », remarque Me Leblanc. C’est pourquoi les commissaires ont fait plus d’une centaine de présentations dans les communautés et prennent le temps d’établir tous les concepts de la discussion. « On a au-delà de 350 dossiers d’enquête qui nous viennent des citoyens, et c’est parce qu’on est allés vers les gens. »

À Montréal, la formation des policiers, la justice réparatrice, l’itinérance et la question de la Déclaration des Nations unies sur les peuples autochtones seront au programme. Les commissaires seront par ailleurs vivement intéressés par ce que certains experts ontariens auront à leur apprendre. « L’Ontario est en avance sur le Québec à plusieurs égards, avec le tribunal Gladue », illustre Me Leblanc, faisant référence au système de la province qui tient compte des traditions autochtones pour établir la peine des délinquants.

Chargement en cours