Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 25 janvier 2018

Christiane Taubira, l’optimiste combative

Publié le

Christiane Taubira au micro de Catherine Perrin
Christiane Taubira   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

À la retraite de la vie politique depuis 2016, l'ancienne ministre de la Justice française, connue pour avoir fait adopter le mariage homosexuel, poursuit son implication en tant que citoyenne, principalement dans les colloques universitaires. De passage au Québec pour l'événement international La Nuit des idées, elle discute avec Catherine Perrin de l'importance de l'imagination en politique, des effets des réseaux sociaux ainsi que de la présence accrue des femmes dans l'arène du pouvoir.

« Il ne faut pas confondre les progrès quantitatifs et les progrès qualitatifs, dit-elle. La présence plus massive de femmes dans les milieux politiques n’est pas forcément le signe ni la preuve de la présence des problématiques des femmes [dans les débats], d’un regard différent sur la société, d’une méthode différente dans l’exercice du pouvoir. Ce n’est pas forcément le signe de cela. Il demeure que de toute façon, ça a un effet que les femmes soient plus nombreuses. »

Diversité constructive
Selon Christiane Taubira, la présence féminine dans les gouvernements a d’abord des effets d’inertie. « C’est-à-dire que le fait que les femmes soient plus nombreuses dans la vie politique introduit des modes de fonctionnement qui sont différents. Elles peuvent se battre pour que les fonctionnements soient différents. Lorsque vous avez que des assemblées d’hommes, […] ils reproduisent, même sans en avoir conscience, des méthodes et modes de fonctionnement d’hommes. Les femmes ont d’autres expériences sociales. Je ne parle pas de biologie et de génétique, je parle d’expériences sociales, je parle de mémoire collective. Les femmes à travers le monde ont fait collectivement l’expérience de la domination, l’expérience de l’oppression, l’expérience de l’exclusion, l’expérience de la discrimination, l’expérience de la violence. Donc, nous portons cela, parfois pas de façon consciente, mais nous le portons. »

L’événement La Nuit des idées a lieu le 25 janvier à 19 h au pavillon Judith-Jasmin de l'Université du Québec à Montréal.

Chargement en cours