Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 1 novembre 2017

Ginette Reno : une nouvelle vie en santé

Publié le

Ginette Reno et son fils Pascalin Raynault au micro d'Isabelle Craig
Ginette Reno et son fils Pascalin Raynault   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La grande chanteuse vit de nouvelles expériences depuis qu'on lui a diagnostiqué, en 2003, un diabète de type 2. Choc difficile à encaisser au début, cette nouvelle l'a forcée à devenir « plus obéissante » et à prendre davantage soin d'elle-même. À l'approche d'un spectacle avec l'Orchestre symphonique de Québec sous la direction de son fils, Pascalin, elle explique à Isabelle Craig comment elle s'est habituée au diabète, et pourquoi chaque spectacle semble pour elle être le premier et le dernier.

Elle dit éprouver encore le trac avant un concert : « Quand on tremble, c’est parce qu’on a du cœur, c’est parce qu’on a encore la passion, l’émerveillement. On doit trembler. Je tremble chaque fois. Tout mon être tremble. »

Pas facile, le travail en famille
À propos du fait de travailler avec son fils, elle dit que ce n’est pas de tout repos. « C’est très difficile. On est très prompts, tous les deux, indique-t-elle. On a un gros caractère. Ça a l’air que quand on est un pommier, on ne fait pas des bananes. Ça a l’air que je lui ai donné un bout de mon caractère. »

Signal d’alarme
Loin de prendre à la légère le diabète de type 2, dont elle souffre, et la crise cardiaque qu’elle a subie il y a quelques années, elle dit avoir changé considérablement sa façon de manger et de vivre. Selon elle, tout est relié. « Si on entre des mauvaises données dans un ordinateur, il donne de mauvais résultats. C’est la même chose avec le corps. Si quelqu’un le sait, c’est bien moi, [puisque] je suis une mangeuse compulsive. [Avant, je disais :] "Enlevez-moi tout, mais ne m’enlevez pas ma bouffe!" Dieu merci, cette maladie-là m’est arrivée au moment où j’en avais le plus besoin. Je dis toujours que je suis comme Obélix : je suis tombée dans la potion magique quand j’étais petite et je n’y ai plus droit, maintenant. Mais c’est correct. Au lieu de deux cornets de crème glacée par jour, je vais en manger un par été. »

Le concert de Ginette Reno avec l’Orchestre symphonique de Québec aura lieu le 25 novembre au Centre Vidéotron, à Québec.

Chargement en cours