Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 20 septembre 2017

La résurrection d’Hassan : l’histoire troublante de la famille Roux-Harting

Publié le

Denis Harting, Peggy Roux et Lauviah Harting au micro de Catherine Perrin
Denis Harting, Peggy Roux et Lauviah Harting   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Un documentaire de Carlo Guillermo Proto relate les quatre années durant lesquelles il a suivi Denis Harting, Peggy Roux et leur fille, Lauviah Harting, une famille non voyante qui chante dans le métro de Montréal. Après avoir perdu son fils Hassan, en 2002, le couple a cru qu'un guérisseur russe pourrait le faire ressusciter. Denis, Peggy et Lauviah expliquent à Catherine Perrin qu'ils souhaitent que le film ait une fonction éducative.

Peggy Roux raconte que le projet de film s’est échafaudée alors que la famille avait fait son deuil du petit Hassan, mort par noyade dans un camp de jour en 2002, depuis longtemps. C’est l’affirmation d’un guérisseur russe, voulant que le petit Hassan revienne à la vie un jour, qui a déclenché la quête spirituelle des Roux-Harting, et amené ces derniers à contacter le réalisateur Carlo Guillermo Proto, rencontré quelques temps auparavant.

« Parfois, c’était difficile. Quelqu’un nous suit dans notre vie, parfois dans les moments les plus maladroits, les plus choquants, et d’autres fois, dans les moments les plus heureux. Il y a un peu de tout », dit-elle au sujet des quatre années de tournage du documentaire.

Bande-annonce de La résurrection d'Hassan

« Nous sommes ce que nous sommes »
« Si c’était à refaire, je le referais, affirme Denis Harting. Si on s’est donnés comme ça, si on s’est mis à nu, en fait, c’est qu’on voulait que ça ait une valeur éducative. Il ne s’agissait pas juste de se montrer comme à la téléréalité, où on le fait un peu trop pour des raisons plus ou moins valables, à mon avis. On voulait le faire pour montrer à tout le monde que nous sommes ce que nous sommes. Nous n’avons pas peur de le dire et de le montrer. Si ça peut aider des gens à être mieux, eh bien, pourquoi pas? »

Le film La résurrection d’Hassan prendra l’affiche le 22 septembre à Montréal, Québec et Sherbrooke. Il sera présenté le 27 septembre à Rimouski.

Chargement en cours