Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 12 septembre 2017

Comment trouver l'amour, selon une spécialiste

Publié le

Bénédicte Ann au micro de Catherine Perrin
Bénédicte Ann   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Pour mettre fin au célibat et rencontrer l'âme sœur, il faut savoir découvrir les blessures émotives subies durant l'enfance et reconnaître comment elles nous amènent à choisir les mauvais partenaires amoureux. C'est l'avis de Bénédicte Ann, conseillère en relations amoureuses. De passage au Québec pour promouvoir son nouveau livre et animer des ateliers auprès de gens éprouvant des difficultés à trouver un partenaire de vie, elle parle à Catherine Perrin de l'importance de prendre du recul lorsqu'on croit enfin avoir fait une rencontre intéressante.

« Dès que la personne commence à toucher son émotion et à pleurer, ça veut dire que j’ai rencontré l’enfant blessé. Et cet enfant blessé, c’est lui qui dirige, déclare Bénédicte Ann. En fait, il est en train de dire : "Je veux qu’on m’aime, je veux de l’attention, je ne veux pas que ce soit comme avant!" Et nous, en tant qu’adultes, comme on n’est pas forcément connectés à cet enfant, on lui dit : "Tais-toi, reste à ta place!" Comme nos parents nous ont dit. »

Une fois qu’on a compris qu’il fallait prendre soin de soi, on fait beaucoup plus attention à qui on choisit.

Bénédicte Ann

De vieilles habitudes
« Les chums et les blondes, c’est toujours la partie visible de l’iceberg, dit-elle également. Si quelqu’un vous dit : "Mes chums ne s’occupent pas moi!" Je dis : "OK, qui est-ce qui ne s’occupait pas de toi quand tu étais petite?" Ce sont toujours les mêmes ascenseurs qui nous permettent de descendre. »

Savoir d’où on vient
« Le plus important, c’est de savoir d’où je viens dans mon histoire amoureuse et quel est le programme qui m’a amenée à faire toujours ce même type de rencontre », souligne l’auteure et conférencière, également formée en psychologie. « Si j’associe les deux, je vais être très équipée pour que mon prochain chum ou ma prochaine blonde soit quelqu’un avec qui je pourrai rester longtemps. Si je vais très vite, si je n’écoute pas ce que l’autre me dit, si je n’écoute pas les petits signaux intérieurs et si j’ai juste une angoisse telle que je veux absolument être aimée très vite, alors évidemment, je vais accumuler les histoires courtes. »

Les « cafés de l’amour » de Bénédicte Ann auront lieu le 13 septembre à 19 h à la Bibliothèque Atwater (1200, avenue Atwater), à Montréal, le 14 septembre à 17 h à la Librairie Poirier, à Trois-Rivières, et le 15 septembre à 19 h au café Chez Temporel, à Québec.

Chargement en cours