Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 13 février 2018

Trouver l’amour n’est pas facile quand on est de mauvaise humeur

Publié le

Deux doigts collés symbolisent un couple uni, à côté d'un doigt aux yeux tristes symbolisant la tristesse.
Les personnes de mauvaise humeur susciteraient moins d'émotions positives chez autrui, selon une étude.   Photo : iStock

Lors de séances de rencontres éclair, plus les participants présentent une humeur dépressive, moins les partenaires potentiels les trouvent attirants. L'humeur dépressive d'une personne susciterait moins d'émotions positives chez autrui, donc moins d'attirance. Ce sont les conclusions d'une étude menée en 2016 à l'Université Stanford, en Californie. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin que l'humeur dépressive est un mécanisme de l'évolution pour signaler que quelqu'un a besoin de soutien social.

Selon Sonia Lupien, plusieurs études ont démontré l’effet refroidissant des humeurs dépressives sur les partenaires potentiels. Elle cite d’abord une étude datant de 1992 aux conclusions semblables à celles de l’étude menée en 2016 : « Chez les hommes – moins chez les femmes –, les étudiants qui ont une humeur dépressive et qui présentent de forts comportements de [besoin de] réassurance sont rejetés plus fortement que les autres. Donc, ça suggère que les personnes qui ont une humeur dépressive se retrouvent socialement isolées, parce qu’elles ont tendance à induire une humeur négative chez les autres ou à l’augmenter par ce besoin d’être rassurés à temps plein. »

Effet éphémère
L’effet repoussant de la mauvaise humeur ne serait toutefois que passager. À propos de l’étude de 2016, Sonia Lupien note que « plus un participant présentait une humeur dépressive, moins son partenaire de speed dating était attiré par lui ou elle [dans les moments] après sa rencontre. Toutefois, ce n’était plus apparent à la fin de la soirée. C’est vraiment un effet ici et maintenant. »

La chercheuse espère que de tels travaux permettront aux médecins d’aider les personnes dépressives à mieux interagir avec autrui. « Si ça survient de manière répétée, ce sentiment de rejet social peut avoir [des conséquences]. Nous sommes des êtres absolument sociaux. Nous avons besoin de ces interactions. »


Il est également question d’une séance de rencontres éclair pour la Saint-Valentin.

Chargement en cours