Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 16 janvier 2018

Nos activités au repos prédisent la santé de notre mémoire

Publié le

Un homme âgé regarde un calendrier en faisant mine de tenter de se souvenir de quelque chose.
Cet homme semble avoir oublié quelque chose   Photo : iStock

Les gens qui passent leurs temps libres à regarder la télévision risquent d'avoir, à un âge avancé, une mémoire plus faible que les gens qui consacrent leurs loisirs à des exercices physiques vigoureux (course à pied, vélo) ou modérés (marche, golf). C'est que l'activité physique facilite la neurogenèse, le processus par lequel le cerveau crée de nouveaux neurones. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, résume les études qui ont démontré ce lien.

« Ce qu’on sait de la mémoire de la personne vieillissante, c’est que c’est un phénomène qui s’appelle "use it or loose it", ou la réserve cognitive. Plus vous utilisez votre cerveau lorsque vous vieillissez, moins vous allez perdre la mémoire rapidement », affirme Sonia Lupien.

Gare à l’effet combiné
Une étude longitudinale menée auprès de 5115 Américains, lancée en 1985 et toujours en cours après 33 ans, a permis d’en savoir plus long : « Les gens qui ont un faible niveau d’activité physique de l’âge de 18 à 30 ans et le restant de leurs jours ont une moins bonne performance de mémoire 30 ans plus tard. Ça, on le savait. Les gens qui regardent beaucoup de télé au cours de leur vie présentent de moins bonnes performances de mémoire de 20 à 30 ans plus tard. Et l’effet combiné – c’est là que c’est intéressant – [est que] les gens qui font peu d’activité physique et qui regardent beaucoup de télé quand ils ne bougent pas sont ceux qui présentent les performances cognitives les moins élevées à la 25e, 30e année de l’étude. »

La spécialiste offre donc un conseil aux auditeurs : « La prochaine fois que vous aurez envie de faire, comme j’appelle, la « patate de sofa » pendant des jours, il faut bien y penser, parce que vous risquez d’oublier plus rapidement tous les épisodes merveilleux de votre vie qui se passent, bien souvent, en dehors de la maison. »


Il est également question d’une conférence intitulée S’asseoir moins et bouger plus pour se sentir mieux dans sa tête.

Chargement en cours