Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 21 novembre 2017

La méditation pleine conscience inefficace chez certains jeunes

Publié le

Trois enfants assis en indien sur des tapis méditent.
Les bienfaits de la méditation pour les jeunes sont contredits par de récentes études.   Photo : iStock

Augmentation de l'anxiété et de la dépression, risques de psychose... Non seulement la méditation pleine conscience ne fonctionne pas chez certains adolescents, mais elle peut en plus entraîner ces effets secondaires, selon une étude australienne. Les garçons, les jeunes légèrement préoccupés par leur poids et ceux souffrant de dépression légère résistent particulièrement aux effets bénéfiques de la méditation. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin qu'il n'y a pas de méthode universelle pour contrer l'anxiété.

Sonia Lupien explique d’abord pourquoi cette étude était nécessaire : « Compte tenu des effets potentiellement universels de la méditation sur les gens qui la pratiquent, beaucoup de pays – la Grande-Bretagne est très avancée là-dessus – ont commencé à suggérer d’inclure la méditation dans le curriculum des enfants sous forme de programme universel, donc […] obligatoire. À Londres, 6000 enfants l’ont de façon obligatoire dans leur cours. »

Faiblesses méthodologiques
Selon elle, des chercheurs australiens ont voulu revérifier les effets de la méditation pleine conscience en contrôlant des variables comme la taille de l’échantillon, la randomisation et le niveau d’attrition. Les études vantant les bienfaits de la méditation pleine conscience, à leur avis, souffraient de faiblesses méthodologiques.

Les résultats ont révélé non seulement une absence d’effets positifs chez les jeunes, mais aussi une augmentation du niveau d’anxiété chez certains sujets, en particulier les garçons.

Effets pervers
« Il semble que ce ne soit pas tout le monde qui bénéficie de la méditation pleine conscience, indique Sonia Lupien. Les chercheurs suggèrent qu’à force de porter attention à ses émotions, peut-être que ça peut augmenter la conscientisation des émotions négatives chez les jeunes qui ont une très bonne régulation dès le départ. »

Chargement en cours