Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 5 septembre 2017

Narcissisme et téléphones intelligents : un lien exagéré

Publié le

Une adolescente munie de son téléphone intelligent
Une adolescente prend un égoportrait.   Photo : iStock

Les adolescents d'aujourd'hui voient moins leurs amis, mais leur hyperconnectivité, grâce aux appareils intelligents et aux réseaux sociaux, auraient plus d'effets positifs que négatifs. C'est l'opinion de scientifiques en réponse à un article alarmiste publié cet été par la chercheuse en psychologie Jean Twenge, selon lequel les cellulaires causeraient une épidémie de narcissisme. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, relève au micro de Catherine Perrin les problèmes avec l'article de la Dre Twenge.

Ce n’est pas parce qu’un chercheur scientifique vous dit quelque chose que c’est nécessairement vrai. Il peut être biaisé. On doit chercher plus loin.

Sonia Lupien

Selon Sonia Lupien, les articles de Jean Twenge trahissent son préjugé défavorable à l’endroit des jeunes, alors qu’un chercheur ne peut entretenir de préjugé envers une population qu’elle étudie. « Elle utilise des études corrélationnelles, et pourtant, elle fait des conclusions de cause à effet, souligne-t-elle. Elle montre une association entre l’utilisation de Facebook et la dépression, mais ça ne veut pas dire que c’est Facebook qui cause cette dépression. Ça pourrait être que les jeunes très déprimés ont tendance à [davantage] utiliser Facebook. »

Elle utilise par ailleurs un questionnaire rédigé dans les années 1960. Sonia Lupien estime que ce questionnaire ne reflète pas la réalité d’aujourd’hui.

Chargement en cours