Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du lundi 24 juillet 2017

Sortir en public avec son chien, encore un casse-tête au Québec

Publié le

Il n'est pas toujours évident, au Québec, de trimbaler son chien dans les espaces publics, comme sur la terrasse d'un restaurant.
Il n'est pas toujours évident, au Québec, de trimbaler son chien dans les espaces publics, comme sur la terrasse d'un restaurant.   Photo : iStock

« Ce n'est pas facile au Québec. On ne se sent pas accueilli », déplore François Cardinal, éditorialiste en chef à La Presse, au sujet du nombre limité d'endroits comme les restaurants, les hôtels ou les parcs qui autorisent la présence de chiens. La chroniqueuse Pascale Lévesque abonde dans le même sens. Contrairement à d'autres endroits au Canada ou aux États-Unis, l'accès aux espaces publics pose problème, ici, pour les propriétaires de chien. Au moins, ces derniers peuvent compter sur le guide Escapades pour chien et autres idées de sorties, qui en est à sa quatrième édition.

Avec l'été qui bat son plein, François Cardinal et Pascale Lévesque, deux propriétaires de chien, s’entendent pour dire que ce guide, publié aux Éditions touristiques du Québec, est une bonne ressource pour ceux qui souhaitent emmener leur fidèle compagnon en vacances. Trouver des endroits qui autorisent les chiens relève du parcours du combattant, déplorent-ils.

Même si on le permet à certains endroits, ce n’est pas dans la culture québécoise d’accepter les chiens. C’est donc difficile [un peu partout].

François Cardinal, éditorialiste en chef à La Presse

François Cardinal ne s’explique pas que le Québec, qui a pourtant adopté en 2015 une loi pour le bien-être et la protection des animaux, soit si réfractaire à l’idée d’autoriser la présence canine dans certains lieux publics.

Pascale Lévesque partage tout à fait le point de vue de François Cardinal. Par exemple, les parcs nationaux canadiens et les parcs provinciaux ontariens sont beaucoup plus permissifs que les parcs nationaux québécois, déplore-t-elle.

Comment ça se fait qu’en Ontario, ce soit permis et qu’il n’y ait pas de problème? Comment ça se fait que lorsque je vais dans les Adirondacks, je monte le mont Marcy [avec mon chien] et que ça ne pose pas de problème?

Pascale Lévesque, chroniqueuse
Scarlet, un des petits chiens de Pascale Lévesque, est sage comme une image en studio aux pieds de sa maîtresse.
Scarlet, un des petits chiens de Pascale Lévesque, est sage comme une image en studio aux pieds de sa maîtresse. Photo : Radio-Canada/Pascal Michaud

Même en Europe, fait remarquer Pascale Lévesque, il est facile pour un propriétaire d’aller au restaurant accompagné de son chien, contrairement au Québec.

Selon elle, le Québec devrait être plus permissif avec les amoureux des bêtes canines, à commencer par les restaurateurs. « Quand on regarde les terrasses sur Sainte-Catherine, elles sont dans la rue. Quelle est la bonne raison qui m’empêcherait de manger avec mon chien? »

Au Québec, les chiens tenus en laisse sont acceptés depuis 2016 dans les parcs nationaux d'Oka, de Frontenac et de la Jacques-Cartier dans le cadre d'un projet-pilote qui s'étendra sur trois ans. La Société des établissements de plein air du Québec veut voir si la présence canine ne nuit pas à la faune et à la préservation des milieux naturels, ni à l'expérience de séjour des autres visiteurs, avant d'étendre l'autorisation à tout son réseau.

Chargement en cours