Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 18 juillet 2017

Comment le stress est transmis par les parents

Publié le

Nos parents nous transmettraient leur vulnérabilité au stress et à la peur, disent les études.
La vulnérabilité au stress serait héréditaire, selon des études.   Photo : iStock

Pour favoriser la survie de l'espèce, mères et pères transmettent inconsciemment à leur progéniture des informations sur le stress environnemental qu'ils ont vécu au cours de leur vie. Des études menées depuis 1997 ont confirmé que ce phénomène, observé notamment chez les descendants des victimes de l'Holocauste, pouvait même atteindre la troisième génération chez certains animaux. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Stéphan Bureau comment ce mécanisme peut aussi nuire aux personnes qui ne connaissent pas les mêmes dangers que leurs parents.

« On a cherché pendant longtemps le gène, par exemple, de la schizophrénie, le gène de la dépression. […] Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne. Aujourd’hui, on sait qu’on développe de telles choses par un processus qui s’appelle épigénétique : ce sont les modifications que l’expérience des individus dépose sur nos gènes », indique Sonia Lupien.

Message
Elle relate le résultat d’études menées en 2010 sur des rats : « Lorsque le père a été exposé au stress dans l’enfance, il y a eu une transformation épigénétique de la qualité de son sperme qui fait en sorte que lors de la reproduction, des années plus tard, le rat stressé a transmis un message à sa progéniture par l’entremise de son sperme : "Fais bien attention, mon grand, parce que lorsque tu vas sortir, l’environnement dans lequel tu vas évoluer va être très, très stressant. Donc, tu es mieux de te préparer [...]." »

De l’importance de prendre soin de soi
D’autres études ont montré que la transmission de la vulnérabilité au stress produisait des rejetons mieux capables d’adapter leurs comportements à l’adversité.
En revanche, vivre le stress lorsque ce n’est pas nécessaire entraîne l’anxiété. De déclarer la chercheuse : « C’est pour ça que, comme je le dis toujours, c’est si important de prendre soin de soi-même avant de s’occuper de [ses]enfants. »

Il est également question de la différence entre la génétique et l’épigénétique.

Conférence Qui suis-je? Entre génétique et épigénétique, par Jonathan Weitzman

Chargement en cours