Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 13 juillet 2017

L'âge où l'on devient vieux, une question de perception

Publié le

Un couple de baby-boomers sur un banc de parc.
Un couple de baby-boomers sur un banc de parc.   Photo : iStock

Pour la jeune députée péquiste Catherine Fournier, représentante de la génération du millénaire, on devient vieux à l'âge de 65 ans. Pour Pierre Huet, baby-boomer de 68 ans et membre fondateur du groupe Beau Dommage, on devient vieux lorsque les gens se lèvent dans l'autobus pour nous céder la place. Pour Chantal Lamarre, représentante de la génération X, tout est une question de perception. « Il y a des jeunes vieux et des 65 ans absolument fringants », philosophe la chroniqueuse et animatrice de 54 ans.

Les réponses de Catherine Fournier, Pierre Huet et Chantal Lamarre à la question « À quel âge devient-on vieux? » montrent à quel point la notion de vieillesse peut être abordée de façon différente, selon l’âge du répondant.

Rappelons qu’en juin dernier, la banque U.S. Trust a publié une étude dans laquelle plus de 800 ménages américains ont répondu à cette question. Résultats? Pour les millénariaux, on devient vieux à 59 ans. Pour les X, c’est plutôt à 65 ans. Les baby-boomers ont quant à eux établi l’âge de la vieillesse à 73 ans.

À 68 ans, Pierre Huet dit ne pas avoir l’impression d’être vieux. « On dit souvent qu’on a l’âge de ses artères. Moi, je dis qu’il faut avoir l’âge de ses rêves! » affirme-t-il.

De son côté, Catherine Fournier, 25 ans, déplore que la société valorise beaucoup la jeunesse au détriment de la vieillesse.

On a tendance à voir ça de façon péjorative. Pourtant, être vieux, ce n’est pas négatif. C’est une étape normale de la vie. On gagnerait, je crois, à avoir un meilleur dialogue entre les générations. On "s’apprendrait" beaucoup. Je crois beaucoup en l’intergénérationnel.

Catherine Fournier, députée péquiste

Chargement en cours