Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mercredi 17 mai 2017

Mouvement Makers : les débrouillards à l’assaut de la surconsommation

Publié le

Un homme regarde une imprimante 3D à l’œuvre.
Un homme regarde une imprimante 3D.   Photo : Getty Images / Oli Scarff

Armés d'imprimantes 3D, de découpeuses au laser et de logiciels ouverts, les bricoleurs et artisans ont trouvé l'antidote à la surconsommation et aux produits à usage unique. C'est ainsi que la chroniqueuse économique Diane Bérard et l'économiste Éric Pineault décrivent le mouvement Makers, qui consiste à produire à petite échelle ce que les grandes compagnies ne manufacturent plus, ou à inventer des produits. Au micro de Catherine Perrin, ils décrivent les avantages économiques et environnementaux d'une telle approche.

« On vit dans un monde virtuel et tout à coup, on veut recommencer à faire des choses de nos mains, et non pas seulement vivre dans une réalité abstraite, souligne Diane Bérard. Montréal a perdu 75 % de sa capacité manufacturière au fil des ans. Le manufacturier comme on l’a connu ne reviendra pas à Montréal, mais on voit revenir le manufacturier urbain, c’est-à-dire de petite série. Beaucoup d’entrepreneurs ont des idées pour fabriquer des objets qui pourraient se vendre et créer des emplois, mais ils n’ont pas accès à de l’équipement. Quelle est la solution? Créer un lieu où on trouve de l’équipement de fabrication industrielle. »

Elle précise qu’un tel lieu ouvrira sous peu à Montréal : l’Espace Fabrique, où les bricoleurs et inventeurs auront accès à 300 000 $ d’équipement industriel. « Grâce à l’accès à cet équipement, on peut baisser le coût d’un prototype de 90 à 95 %. »

Contre la culture de l’obsolescence
« Ça ne va pas révolutionner la consommation, mais ça fait partie d’une réaction à une tendance, depuis les années 90, qui est qu’on ne sait plus comment fabriquer les objets qu’on utilise, indique Éric Pineault. Ce sont des objets à usage unique, non réparables, qu’on doit jeter. C’est en réaction à cette culture d’obsolescence. Entre les années 1960 et aujourd’hui, la quantité de déchets de biens durables qu’on génère – laveuses, sécheuses, fers à repasser… – s’est multipliée par quatre. »

Chargement en cours