Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du vendredi 28 avril 2017

Des vins à déguster lors d'un barbecue, selon Élyse Lambert

Publié le

Les vins recommandés par Élyse Lambert cette semaine
Les choix d'Élyse Lambert   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La seule Master Sommelier canadienne reconnaît qu'avril a été difficile sur le plan de la météo, mais prévient qu'il est temps de faire ses provisions de vins à boire durant la belle saison. En effet, certains nouveaux arrivages auront quitté les tablettes depuis longtemps lorsque la température aura atteint son apogée. Elle recommande un tout nouveau blanc au nom déjà connu, un rosé qui sort de l'ordinaire et un beaujolais particulièrement élégant. Élyse Lambert présente ses choix à Catherine Perrin.

Les choix d’Élyse Lambert
- Pyrène Beau manseng (France), code SAQ : 13188778, prix : 15,20 $
- Château Pegau Pink Pégau 2016 (France), code SAQ : 12646036, prix : 19,95 $
- Georges Brouilly 2015 (France), code SAQ : 12494028, prix : 25,90 $

Pour entendre la deuxième et la troisième partie de la chronique d’Élyse Lambert, suivez ce lien et puis ce lien.

Vin printanier
« C’est un nouveau produit régulier en répertoire général », indique la Master Sommelier au sujet du Pyrène Beau manseng, qu’elle qualifie de grand frère du Pyrène Cuvée marine. « J’ai trouvé ça franchement sympathique. À 11,5 % d’alcool, ce n’est pas trop pesant. […] On est sur les notes de pamplemousse blanc. Si vous aimez le sauvignon blanc, vous allez vous y retrouver. C’est un vin printanier, un vin de fraîcheur. »

Rosé pour la table
Élyse Lambert nous avertit que le Pink Pégau risque de disparaître des tablettes rapidement. Elle recommande de le servir avec du poisson grillé ou des légumes grillés. « C’est un rosé un petit peu plus coloré, un peu plus séveux [que la moyenne], dit-elle. C’est un rosé en dominance de cinsault, un cépage assez frais, qu’on assemble avec un peu de grenache, qui amène ce côté capiteux. C’est un rosé à prendre à table, avec un repas. »

Redécouvrir le beaujolais
« On s’en va en finesse et en élégance, annonce la spécialiste à propos du Georges Brouilly. Ça fait partie de mes chouchous. Ça vaut la peine qu’on redécouvre la région du beaujolais. Ça nous amène sur des bouches un petit peu plus sérieuses. »

Elle poursuit : « C’est du gamay à 100 %, […] vinifié de la façon la plus naturelle possible. Ce producteur est très peu interventionniste, mais minutieux. Ça donne des beaujolais croquants, avec beaucoup de fruits, de la matière. C’est un gamay qui a des épaules, qui a un peu plus de tenue en bouche. Servez-le un peu frais. Ça vaut son pesant d’or. C’est pour moi un grand vin de vigneron. Pour moi, c’est un vin qui est tout à fait sans faute, un vin qui se goûte bien, qui a beaucoup de fruit, qui a de la fraîcheur. »

Chargement en cours