Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jhade Montpetit
Audio fil du samedi 7 octobre 2017

Brigitte Haentjens décrit son nouveau roman en 5 sens

Publié le

Photo de Brigitte Haentjens qui sourit en fixant la caméra
Brigitte Haentjens   Photo : Radio-Canada / Christelle D'Amours

Brigitte Haentjens a lancé jeudi sa plus récente œuvre littéraire au Centre national des Arts à Ottawa, ce même lieu où elle exerce les fonctions de directrice artistique du Théâtre français. Elle présente son roman Un jour, je te dirai tout dans une entrevue en cinq sens, inspirée de la sensualité du livre.

Un texte de Christelle D'Amours

Lancé officiellement le jeudi 5 octobre dans la capitale nationale, le nouveau roman Un jour, je te dirai tout de Brigitte Haentjens est une histoire où se mêlent sexualité sans retenue et environnement imagé, presque tangible.

À voir : L'entrevue télévisée de Brigitte Haentjens avec Karine Lessard au Téléjournal Ottawa-Gatineau

L’auteure se dit étonnée de la réception du public qui, selon elle, perçoit beaucoup de joie dans ses écrits romancés. « Je ne pensais pas que c’est ça que ça ferait », dit Mme Haentjens en précisant que la surprise est agréable. « Il n’y a rien qui me fait plus plaisir que de donner de la joie! »

Photo du livre Un jour je te dirai tout
Un jour je te dirai tout de Brigitte Haentjens Photo : Radio-Canada/Christelle D'Amours

Au micro de l’émission Les malins, Brigitte Haentjens se prête à une entrevue sensorielle inspirée de l’essence du roman.

L’ouïe

La musique se faufile discrètement dans l’histoire d’Élisa et d’Olav, ce couple qui se rencontre par un pur hasard lors d’un voyage. Des bribes d’histoires, de paroles et même des lieux qui imposent des chansons.

On y retrouve Jacques Brel, Édith Piaf et d’autres grands noms de la musique qui se pointent dans le récit sans s’annoncer. Une visite inexpliquée, selon Brigitte Haentjens.

« C’est un mystère, vraiment. [Ces manifestations musicales] sont nées de l’inconscient », dit l’auteure. « Une fois que c’est remonté à la conscience, ça reste toujours en toi quelque part. »

Et la trame du livre? « Si c’était une musique, ce serait du piano, je pense », avance spontanément notre interlocutrice. « Glenn Gould, je dirais, ou plutôt Bach. »

Le toucher

Dans cette histoire charnelle, le sens tactile a beaucoup d’importance. Encore plus loin que le contact, il y a le toucher droit au cœur entre les personnages.

Pour moi, il n’y a aucun doute qu’il y a énormément d’amour. C’est épidermique. Ils se touchent mutuellement.

Brigitte Haentjens, auteure du roman Un jour, je te dirai tout

« Moi je pense qu’ils sont tombés amoureux immédiatement. J’ai l’impression que c’est un coup de foudre littéral », dit-elle.

Selon Mme Haentjens, la fusion des deux personnages est une rencontre marquante comme il ne s’en vit plus beaucoup de nos jours.

Le goût

La nourriture, le vin blanc, l’alcool et la gastronomie sont représentés généreusement dans le récit.

Est-ce que l’œuvre Un jour, je te dirai tout goûte quelque chose? « Moi j’aurais dit le sel. Je ne sais pas pourquoi. Il me semble que c’est salé », dit Brigitte Haentjens.

Peut-être est-ce parce qu’on y retrouve l’océan et la mer qui entourent cette île dont les paysages bordent les pages.

Brigitte Haentjens en entrevue avec Jhade Montpetit pour l'émission Les malins.
Brigitte Haentjens en entrevue avec Jhade Montpetit pour l'émission Les malins. Photo : Radio-Canada/Christelle D'Amours

L’odorat

Bien sûr, l’air salin, le vent de pluie et la mer parfument le récit. Les fleurs des champs aussi.

Mais il y a une odeur qui évoque « […] le souffre aussi. Les vapeurs sulfureuses », rappelle la créatrice de l’œuvre.

La vue

La plume descriptive de Brigitte Haentjens est bien aiguisée. Les paysages du livre sont dépeints avec précision et sensibilité.

Les teintes azurées y sont omniprésentes : des hôtels, des champs fleuris, des lupins.

« Ce qui m’intéressait, c’était d’apprêter la solitude. L’espèce de force du paysage », évoque la romancière qui a créé une réelle fusion entre la relation des personnages et le paysage.

« Il y a quelques endroits dans le livre où paysage et sexualité s’entremêlent. C’est comme si ça s’interpénètre, les deux, le paysage et l’amour », dit-elle.

Chargement en cours