Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jhade Montpetit
Audio fil du samedi 16 septembre 2017

La dépendance aux écrans décortiquée

Publié le

Des enfants devant des écrans dans un salon.
Une capture d'écran du documentaire «L'Écran Roi» diffusé à Télé-Québec.   Photo : Télé-Québec

Tablettes, ordinateurs, téléphones intelligents, télévisions... Les écrans n'ont jamais été aussi présents dans nos vies quotidiennes. Comment en faire bon usage? À partir de quand en est-on dépendant? Faut-il les interdire à nos enfants?

Un texte d'Agnès Chapsal

Magali Dufour, professeure agrégée, docteure en psychologie et directrice de la maîtrise en toxicomanie à l'Université de Sherbrooke, a fait quelques mises au point sur ce nouvel enjeu de société à l'émission Les malins.

« C’est très difficile de parler d’utilisation saine, normale, même problématique, parce qu’on n’a pas de norme sociale », prévient-elle de prime abord, en entrevue avec l'animatrice Jhade Montpetit.

La difficulté vient du fait que l'on a peu de recul sur le sujet, mais aussi que la relation aux écrans varie d'une personne à l'autre.

C’est un jouet très très très puissant pour lequel on est incapable de dire s’il est vraiment dangereux.

Magali Dufour, professeure agrégée à l'Université de Sherbrooke

Comment évaluer la dépendance?

Les études sur le sujet ne sont pas très avancées, selon la psychologue

« Pour l'instant, on a essayé de décrire ceux qui se décrivaient eux-mêmes comme ayant un problème, donc ceux avec le plus souffrance, ceux qui se disaient en perte de contrôle », explique Mme Dufour.

Les études menées par la professeure auprès de 4000 jeunes âgés de 15 à 17 ans montrent que le temps passé devant un écran est en moyenne de 22 heures par semaine, en dehors des heures scolaires.

Chez les jeunes qu’on observait en traitement, ils étaient 55 heures par semaine en dehors des heures scolaires sur leur écran.

Magali Dufour, professeure agrégée à l'Université de Sherbrooke

« On peut voir quand même une perte de contrôle assez importante », commente la professeure.

Néanmoins, le nombre d'heures n'est pas un critère en soi, selon Magali Dufour. La relation devient problématique quand les écrans prennent une place telle qu'il ne reste plus rien d'autre.

« On va plutôt regarder les conséquences : quelles sont les conséquences au niveau de la famille, au niveau des résultats scolaires », détaille la Dre Dufour. « Au niveau des relations interpersonnelles, est-ce qu’il y a eu une dégradation, est-ce qu’il y a un désinvestissement des relations interpersonnelles qui sont hors ligne, est-ce qu’on va abandonner les loisirs qui sont hors ligne? »

Doit-on interdire les écrans?

Tout n'est pas à jeter. Il faut trouver le juste équilibre, puisque les jeux peuvent donner du plaisir aux enfants. Ils peuvent aussi être instructifs. Ce sont également des outils de socialisation.

Magali Dufour conseille aux parents de discuter des dangers des écrans avec leurs enfants au même titre que sur des sujets comme la sexualité, l'alcool, les drogues et le tabac.

Le documentaire L’Écran roi produit par Claire Lamarche sera diffusé dimanche à 20 h, lundi à 14 h et mercredi 22 h à Télé-Québec. Il est aussi disponible sur le site de Télé-Québec.

Intégrer la dépendance aux écrans aux recherches sur les dépendances

Pour lutter contre la dépendance aux écrans, la professeure souhaite qu'avec « le futur plan du gouvernement du Québec, il y ait une ouverture pour intégrer toutes les dépendances, que ce soit les substances, les jeux de hasard et d’argent et que l’on ajoute internet ».

Chargement en cours