Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du jeudi 10 août 2017

Samuel Archibald : l'importance d'embrasser d'où l'on vient

Publié le

L'auteur Samuel Archibald
L'auteur Samuel Archibald   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Pour l'auteur Samuel Archibald, écrire dans une langue vernaculaire était une manière de faire la paix avec ses origines et de raconter d'où il vient. Pour la série Les incontournables, il se livre à Marie-Louise Arsenault sur l'importance de ses racines, sur son rapport à l'argent et à la consommation.

Samuel Archibald raconte aussi comment il a apprivoisé son double rôle d’auteur et de professeur de littérature en utilisant chacun de ces métiers pour nourrir l’autre. « Apprendre et enseigner, c’est la même activité. Pour être un bon prof, il faut être un bon élève. Je dirais même qu’il faut être son propre élève. Finalement, ça me permet d’évoluer et de voir mes propres erreurs. »

Le livre Le sel de la terre : confessions d’un enfant de la classe moyenne, de Samuel Archibald, fait partie de la liste des Incontournables 2017 choisis par le public. Parmi les gens qui l'ont choisi, Anne-Frédérique Champoux, de Montréal, considère que ce livre devrait être lu par ceux qui nous dirigent pour qu'ils « arrêtent de jouer la carte de la classe moyenne ou de la majorité silencieuse à tout bout de champ, et […] pour remettre un peu d'imaginaire et d'humour dans leurs discours ».

Chargement en cours