Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du dimanche 31 décembre 2017

L'avenir du Nord sous la loupe

Publié le

Le brise-glace Amunsen, également navire scientifique associé à l'Université Laval, au port de Trois-Rivières.
Le brise-glace Amunsen, également navire scientifique associé à l'Université Laval, au port de Trois-Rivières.   Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Le directeur scientifique du réseau ArcticNet revient sur la grande conférence internationale portant sur l'Arctique qui s'est terminée il y a quelques jours à Québec. Il donne aussi des détails sur ce qu'on sait à propos de l'avenir de cette région particulièrement sensible aux changements climatiques.

Professeur au Département de biologie de l’Université Laval, Louis Fortier coordonne le grand réseau canadien de chercheurs sur l’Arctique en collaboration avec les habitants du Nord et l’industrie. Ce réseau organise, tous les deux à trois ans, la grande conférence internationale Arctic Change, qui réunit des chercheurs de partout sur la planète. La rencontre a réuni ce mois-ci 1450 participants originaires de 23 pays dans la ville de Québec.

C’est un feu d’artifice de science.

Louis Fortier, professeur au Département de biologie de l'Université Laval

Ce rendez-vous leur a permis de faire des mises à jour sur les grandes tendances non seulement climatiques dans l’Arctique, mais sociales, économiques et industrielles. Celui qui travaille régulièrement sur le célèbre bateau NGCC Amundsen de la Garde côtière canadienne avec ses étudiants explique que l’une des choses qui l’ont le plus impressionné cette année est la participation massive des gens du Nord à la conférence et les interactions extrêmement intéressantes avec des présentateurs inuits.

Les Autochtones sont en effet les premiers à subir les répercussions des changements climatiques sur la mer et la toundra. L’environnement du Nord a beaucoup changé ces derniers temps avec des phénomènes comme la disparition de la banquise et le pergélisol qui dégèle.

Pour l’année prochaine, il prévoit une intensification de la quête destinée à mieux comprendre le phénomène de ces changements et à mieux prévoir les modèles climatiques pour les 10, 30 ou 100 prochaines années.

Chargement en cours