Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 5 décembre 2017

Inéquités dans la communication en santé

Publié le

Des infirmiers transportent une civière.
Des infirmiers transportent une civière.   Photo : Radio-Canada

L'hyperresponsabilisation des femmes dans la promotion de la santé a été abordée lors des deux Journées annuelles de santé publique, les 5 et 6 décembre. On fait le point avec Manon Niquette, professeure titulaire au Département d'information et de communication de l'Université Laval et membre de ComSanté, le Centre de recherche sur la communication et la santé.

Si la charge mentale des femmes pour les tâches ménagères est de plus en plus reconnue, ce sont les femmes qui sont aussi souvent aux prises avec la responsabilité de planifier les soins de santé de toute la famille.

C’est souvent les mères qui doivent tout penser et tout planifier.

Manon Niquette, professeure

Et par conséquent, le plus souvent, les promotions et la communication en général sur la santé s’adressent ainsi en très grande majorité à un public féminin.

Le 5 décembre, à une demi-journée thématique sur l’hyperresponsabilisation des femmes dans la promotion de la santé, Manon Niquette a dirigé l’atelier « Concepts et illustration des différentes formes d’intégration du genre dans les messages de promotion de la santé ».

Elle propose une grille qui permet d’évaluer à quel point une promotion ou un matériel de sensibilisation est égalitaire, en fonction de cinq critères.

Chargement en cours