Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du samedi 12 décembre 2015

Les soins palliatifs pédiatriques : accompagner l’enfant qui va mourir

Publié le

Julien Pagé, infirmier auxiliaire au Phare Enfants et famille
Julien Pagé, infirmier auxiliaire au Phare Enfants et famille   Photo : Radio-Canada/Olivier Paradis-Lemieux

Julien Pagé est infirmier auxiliaire à la Maison André-Gratton, la seule maison de soins palliatifs pédiatriques au Québec, plus connue sous le nom du Phare, Enfants et Familles. « Les soins palliatifs pédiatriques commencent dès le diagnostic. Ils peuvent s'échelonner sur plusieurs années. Ils ne viennent pas qu'à la maison pour mourir », confie-t-il à Sophie-Andrée Blondin, qui s'y est rendue pour constater la vie et l'animation qui y règnent, et le soutien offert aux parents.

« Quand les parents viennent mener leurs enfants à la Maison André-Gratton, ils ne nous les laissent pas dans le vide. Ces enfants-là sont animés. Ils jouent toute la journée. Ils ont des activités propres à eux », explique Julien Pagé. « On s'assure que les enfants passent un bon moment. »

« Les parents peuvent rester à l'hôpital avec l'équipe qu'ils connaissent. Certains sont à l'aise avec les soins et vont vouloir les donner chez eux. Il y en a d'autres qui ont besoin d'aide et de soutien, mais qui ne veulent pas vivre l'hôpital. La troisième option, c'est à la Maison André-Gratton, et nous allons les accompagner là-dedans, jusqu'à la fin », ajoute-t-il.

Chargement en cours