Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 28 juin 2017

L’immunothérapie, voie d’avenir dans la lutte au cancer

Publié le

Réjean Lapointe, immunologue, professeur au Département de médecine de l'Université de Montréal et directeur du laboratoire d'immuno-oncologie du CHUM
Réjean Lapointe, immunologue, professeur au Département de médecine de l'Université de Montréal et directeur du laboratoire d'immuno-oncologie du CHUM   Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Une approche prometteuse dans la lutte contre le cancer est privilégiée depuis quelques mois au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) : il s'agit de l'immunothérapie, qui consiste à utiliser le système immunitaire pour lutter contre la maladie. Selon Réjean Lapointe, immunologue, professeur au Département de médecine de l'Université de Montréal et directeur du laboratoire d'immuno-oncologie du CHUM, l'immunothérapie pourrait s'ajouter d'ici quelques années à la chirurgie, à la radiothérapie et à la chimiothérapie comme armes contre le cancer.

Depuis quelques années, l’immunothérapie – une approche qui existe depuis une cinquantaine d’années – a connu d’excellents succès cliniques, dit Réjean Lapointe.

Avec Sophie Lerouge, une ingénieure spécialisée en biomatériaux, l’immunologue a créé un biogel injectable qui s’est jusqu’à maintenant avéré très efficace en laboratoire. « L’idée est de mettre plein de cellules immunitaires anticancer dans le biogel avant de l’implanter dans la tumeur, pour faire en sorte que lorsqu’elles sortent du biogel, elles vont tuer les cellules cancéreuses », explique Réjean Lapointe.

Selon la Société canadienne du cancer, le biogel mis sur pied par les deux chercheurs représente l’une des 10 percées scientifiques les plus remarquables de 2016.

Les travaux des deux chercheurs avancent rondement, explique l’immunologue. « On a réussi à avoir une subvention pour continuer. Donc, on est en train de modéliser ça dans des tumeurs expérimentales, dans des souris, et de mettre en place des techniques pour amener le biogel au sein de la tumeur et trouver les bonnes conditions pour aller éventuellement chez les patients qui ont le cancer », indique Réjean Lapointe.

Selon lui, la gélatine thérapeutique qu'il a mise au point pourrait révolutionner, dans quelques années, les traitements contre plusieurs formes de cancer, notamment ceux de la peau, du sein, du poumon et du rein.

Chargement en cours