Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Matthieu Dugal
Audio fil du mardi 18 avril 2017

Tests génétiques accessibles au grand public : un médecin prône la prudence

Publié le

Le Dr Simon-Pierre Landry, omnipraticien
Le Dr Simon-Pierre Landry, omnipraticien   Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

Pour le Dr Simon-Pierre Landry, chef de l'urgence de l'hôpital de Sainte-Agathe, les tests génétiques désormais accessibles à peu de frais peuvent révolutionner les traitements préventifs, mais doivent être associés à un encadrement législatif efficace pour ne pas faire naître de dérives.

Une économie de coûts et d’ennuis
Pour le Dr Simon-Pierre Landry, « le potentiel de la génétique est énorme et pourrait changer radicalement nos façons de pratiquer la médecine préventive », et notamment le traitement d’un cancer. Par exemple, le médecin pourrait n’offrir un dépistage du cancer du côlon qu’à ses patients qui auraient un risque de modéré à élevé, « épargnant des coûts et des complications de plusieurs colonoscopies », précise-t-il.

La génétique : un facteur de risque à analyser parmi d’autres
D'après le Dr Landry, il est important de mettre en perspective l’importance de la génétique dans la santé d’un patient par rapport à celle de l’environnement, du revenu, de la diète ou encore du niveau d’instruction de celui-ci. Il souligne que selon des données rapportées par l’Association médicale canadienne, on estime que la génétique n’est responsable que de 15 % des problèmes de santé en général.

Le droit doit rattraper la science
En tant que médecin, le chef de l’urgence de Sainte-Agathe explique qu’il est obligé de divulguer à un assureur l’état de santé d’un patient. Si le patient a fait un test génétique, l’assureur aura accès à ces informations précises et pourra s’en servir pour faire monter les primes d’assurance. « Je fais des cauchemars à imaginer les compagnies d’assurance nous demander des dépistages génétiques. Parce que le risque de discrimination est réel », explique-t-il. Pour lui, les lois doivent être pensées pour protéger l’accès équitable à des soins de santé et à un filet de sécurité.

Référence
Le site 23andMe, qui propose des tests génétiques à commander

Chargement en cours