Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du lundi 12 février 2018

Le mouvement #MeToo happe aussi le milieu de la mode

Publié le

L'industrie de la mode est aux prises avec des problèmes de harcèlement sexuel
L'industrie de la mode est aux prises avec des problèmes de harcèlement sexuel   Photo : Getty Images / Mark Nolan

Le New York Times a été le premier média à faire enquête sur les agressions sexuelles dans le milieu de la mode, publiant des dénonciations visant les photographes vedettes Bruce Weber et Mario Testino. Abus de pouvoir et harcèlement sont courants dans cette industrie dominée par une petite poignée de personnes très influentes, mais les choses changent petit à petit, selon Madeleine Goubau.

En plus des agressions commises contre des femmes, pas moins de 15 mannequins hommes et 13 assistants ont dénoncé les comportements sexuels déplacés des deux photographes. Il n’y a là rien d’étonnant, rapporte Madeleine Goubau. « La mode est une industrie où certaines personnes très influentes au sommet ont votre carrière entre leurs mains. Il est difficile pour les jeunes mannequins, qui n’ont parfois que 15 ou 16 ans, de se dérober à leurs abus de pouvoir. Pour eux, les adultes qui les entourent sont des figures d’autorité auxquelles on obéit. »

Selon de nombreux témoignages recueillis par les médias américains, même les agents des mannequins sont complices : ils dissuaderaient souvent leurs « protégés » de dénoncer les abus, de peur de perdre des contrats lucratifs. Les éditeurs de magazines, qui publient les photos de ces photographes, ont pour la plupart réagi par des lettres d’excuses exprimant leur surprise.

La journaliste de mode Madeleine Goubau
La journaliste de mode Madeleine Goubau Photo : Radio-Canada/Hamza Abouelouafaa

Heureusement, certains vont plus loin en mettant en place des mesures concrètes pour éviter le pire. L’empire Condé Nast, notamment propriétaire du magazine Vogue, s’est doté cette année d’une nouvelle charte entourant le travail des mannequins et des photographes. « Les photographes embauchés par le groupe médiatique ne sont désormais pas autorisés à poursuivre la séance de photo avec les mannequins engagés par le magazine après la séance officielle et dans un autre lieu que celui prévu, explique Madeleine Goubau. Lorsqu’il y a des photos qui exigent la nudité, le mannequin devra être informé du concept de la photo à l'avance et devra donner son accord préalablement. »

Les deux conglomérats de luxe LVMH et Kering (deux concurrents) se sont également associés récemment pour se doter d’un code de conduite commun.

À lire :

« Male models say Mario Testino and Bruce Weber sexually exploited them », par Jacob Bernstein, Matthew Schneier et Vanessa Friedman, publié sur le site web du New York Times, janvier 2018

Le site web du mouvement Time’s Up

Chargement en cours