Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 8 novembre 2017

Psychothérapie : le poids de la masculinité freine de nombreux hommes

Publié le

Un homme consulte un psychologue.
Un homme consulte un psychologue.   Photo : iStock

Si beaucoup d'hommes en détresse ont de la difficulté à aller consulter un psychologue, c'est parce que certains d'entre eux adhèrent aux exigences de la masculinité traditionnelle, qui vont à l'encontre de celles de la psychothérapie, note le psychologue Nicolas Chevrier. Ce n'est donc pas la détresse elle-même qui empêche l'homme de consulter un psychologue, mais plutôt la perception que la thérapie entre en contradiction avec ce que la société attend d'un homme.

Nicolas Chevrier souligne que Janie Houle, chercheuse à l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et professeure au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal, a bien résumé ces contradictions dans ses travaux.

Elle a montré que les hommes qui adhèrent aux idées selon lesquelles l’être masculin doit montrer sa force, nier sa douleur et maintenir son contrôle auront nécessairement plus de mal à adhérer aux exigences d’une psychothérapie, où l'accent est mis sur l’exposition des faiblesses, la confrontation de la douleur et la renonciation au contrôle.

Pour faciliter la consultation en psychothérapie chez les hommes en détresse et la rendre efficace, voici quelques pistes de solution, selon Nicolas Chevrier :

  • Il faut tout d’abord accroître l’accessibilité à la psychothérapie. Ce ne sont pas tous les hommes qui y sont réfractaires. Or, plusieurs d’entre eux n’y ont pas accès en raison de multiples barrières, par exemple le manque d’accompagnement ou les délais jugés trop longs;
  • Pendant la psychothérapie, il est important de faire ressortir les forces et les réussites de son patient, car si un homme éprouve souvent un sentiment de honte à l’idée de demander de l’aide, il sera particulièrement important de lui donner la possibilité de montrer qu’il est compétent;
  • Pendant la psychothérapie, il est important de nuancer les notions d’échecs et les faire voir au patient comme des étapes, des changements de la vie.

Chargement en cours