Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 19 septembre 2017

Ces restaurants qui fouillent le web pour enquêter sur leurs clients

Publié le

C'est maintenant au tour des clients d'être choisis selon des critères bien précis.
C'est maintenant au tour des clients d'être choisis selon des critères bien précis.   Photo : iStock / Olena Yakobchuk

Si vous êtes actif sur les réseaux sociaux, vous avez intérêt à présenter un profil avantageux si vous voulez réserver une bonne table dans un restaurant. Du moins, selon le chroniqueur techno Patrick Dion, cela semble être vrai à New York, où des restaurants bien en vue ont commencé à visiter les profils Facebook et LinkedIn de leurs clients et à mener des recherches sur Google au sujet de ceux qui réservent une table.

« Des restaurants de Manhattan enquêtent maintenant sur leurs clients, les trient sur le volet et choisissent ceux qui s'accordent le mieux avec leur établissement », souligne Patrick Dion, faisant ainsi écho à un article publié sur le site du magazine Madame Figaro.

Certains restaurateurs auraient même pris l’habitude de faire une recherche sur la carte de crédit avec laquelle leurs clients réservent une table afin de scruter leurs habitudes de consommation.

D'autres établissements utilisent un système informatique appelé Upserve, qui permet d'identifier leurs 100 meilleurs clients, selon ce qu’ils dépensent et selon la fréquence de leur passage au restaurant en question.

Il n'est donc pas évident, dit Patrick Dion, d'échapper à cette tendance, qui pourrait éventuellement se propager aux restaurants plus grand public. « À moins de ne plus jamais aller au restaurant ou de ne plus utiliser les outils mis à votre disposition, il n'y a pas grand-chose à faire. Le big data est là pour rester », observe-t-il.

C'est ce qui fait d'ailleurs dire au magazine Madame Figaro que le seul moyen d'échapper à ce système est de ne pas réserver et de payer en argent.

Chargement en cours