Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 1 août 2017

Danse lascive, James Bond et Le hobbit, ces films qui influencent le tourisme

Publié le

L'auteure, chroniqueuse et blogueuse Marie-Julie Gagnon
L'auteure, chroniqueuse et blogueuse Marie-Julie Gagnon   Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« On va parfois très loin pour vivre sa passion pour un film », croit l'exploratrice et la chroniqueuse Marie-Julie Gagnon. Certains cinéphiles sont prêts à voyager à l'autre bout du monde pour rendre hommage à leurs films préférés. Une destination telle que Pétra, en Jordanie, sera souvent associée aux films d'Indiana Jones, tout comme la fontaine de Trevi, à La dolce vita, de Fellini. Une étude de Skift rapportée dans La Tribune en 2014 a démontré que 10 % des touristes choisissent leurs destinations en fonction du cinéma.

Selon une enquête de TCI Research relatée par le Réseau veille de tourisme en 2012, le cinéma a influencé 40 millions de personnes dans leur choix de destination, soit 4 % des touristes internationaux. Marie-Julie Gagnon croit que certains cinéphiles sont pris de nostalgie et souhaite revivre les moments forts de leurs films préférés sur les lieux de tournage.

Danse lascive
Marie-Julie revient d’un voyage en Virginie, où elle résidait au Mountain Lake Lodge, lieu de tournage pour le film culte Danse lascive (Dirty Dancing). « L’endroit ressemble énormément au film. C’en est presque troublant. On pense même que Patrick Swayze va surgir à tout moment », raconte-t-elle. Une économie s’est développée autour du film et l’hôtel organise même des journées thématiques et des cours de danse. La directrice du centre de villégiature a confié à Marie-Julie Gagnon qu’environ 30 % de la clientèle est composée de fans de ce film.

Les superproductions et le tourisme
Certaines superproductions hollywoodiennes ont eu un effet majeur sur le choix des destinations. Par exemple, Le seigneur des anneaux et Le hobbit ont énormément popularisé la Nouvelle-Zélande. Éprise de compassion, Marie-Julie Gagnon nous dit : « J’ai toujours une pensée pour l’éleveur de moutons que Peter Jackson a convaincu de convertir sa terre en site touristique. Il eut une série de chocs face au flux de voyageurs. »

Le cinéma, agent de voyage
À la suite du succès de Borat, le film, le Kazakhstan a enregistré une hausse de plus de 300 % de ses réservations hôtelières sur l’application de voyage Skift. La Tunisie, quant à elle, lieu de tournage des scènes se déroulant sur la célèbre planète Tatooine, est submergée de fanas de la série Star Wars. Généralement, les films de James Bond sont généralement d’excellentes publicités pour les destinations. Marie-Julie Gagnon a eu l’occasion de manger au Piz Gloria, un restaurant construit au sommet du Schilthorn pour le film Au service de Sa Majesté, sorti en salle en 1969, et qui accueille toujours les visiteurs aujourd’hui.

Chargement en cours