Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 18 juillet 2017

Les résidents des quartiers défavorisés plus sujets à l'asthme

Publié le

Simon-Pierre Landry, chef du département de l’urgence à l'Hôpital de Sainte-Agathe et Marie-Soleil Cloutier, géographe de la santé
Simon-Pierre Landry, chef du département de l’urgence à l'Hôpital de Sainte-Agathe et Marie-Soleil Cloutier, géographe de la santé   Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

La génétique joue un rôle important en matière d'asthme, explique Simon-Pierre Landry, chef du département de l'urgence à l'Hôpital Sainte-Agathe. Mais cette maladie chronique est surtout favorisée par un environnement social insalubre, ajoute Marie-Soleil Cloutier, géographe de la santé.

Des quartiers montrés du doigt
L’asthme est une maladie chronique, c’est-à-dire qu’elle peut être contrôlée, mais ne disparaît jamais complètement. Les symptômes de celles-ci sont une irritation soudaine des poumons, en raison de la perception d’un envahisseur dans l’organisme, et des difficultés à respirer.

Une étude de la Direction de santé publique de Montréal publiée en 2005 a comparé les taux d’hospitalisation pour asthme infantile par secteur de la ville. Elle montrait que les taux d’hospitalisation étaient anormalement élevés dans 4 quartiers de la ville : Verdun/Pointe-Saint-Charles, Hochelaga-Maisonneuve, Côte-des-Neiges et Parc-Extension. Or, ces quartiers souffrent plus de la pauvreté et bénéficient d’un moins bon suivi médical, précise Simon-Pierre Landry.

L’asthme se nourrit des moisissures domestiques
Comme l’explique Marie-Soleil Cloutier, deux éléments reviennent fréquemment dans les études consacrées aux causes environnementales de l’asthme : les nuisances dans les logements et la pollution atmosphérique. Une étude a montré qu’à Montréal, la présence d’humidité excessive ou de moisissures au domicile de l’enfant était attribuable à 17 % des cas d’asthme. L’étude mentionne aussi l’exposition à la fumée de tabac et la présence de coquerelles comme des facteurs additionnels en cause dans les maladies respiratoires.

En complément :
Étude sur la santé respiratoire des enfants montréalais de 6 mois à 12 ans, Rapport synthèse régional, Louis Jacques, Céline Plante, Sophie Goudreau, Leylâ Deger, Michel Fournier, Audrey Smargiassi, Stéphane Perron, Robert L. Thivierge, 2011
Environnement urbain et santé,Variation géographique de l’asthme pédiatrique à Montréal, Agence de développement de réseaux locaux, de services de santé et de services sociaux, août 2005
Outdoor air pollution and emergency department visits for asthma among children and adults: A case-crossover study in northern Alberta, Canada, Paul J. Villeneuve, Li Chen, Brian H. Rowe et Frances Coates, décembre 2007
L’asthme - Gouvernement du Canada

Chargement en cours