Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mercredi 28 juin 2017

Le vin au Canada, une histoire riche de 1867 à aujourd’hui

Publié le

L'histoire de la consommation de vin au Canada est riche et variée, note l'historienne Joanne Burgess.
L'histoire de la consommation de vin au Canada est riche et variée, note l'historienne Joanne Burgess.   Photo : iStock

Pour le 150e anniversaire du Canada, Joanne Burgess tient à souligner la riche histoire de la consommation du vin au pays, de 1867 à 2017. L'historienne indique que les Pères de la Confédération, comme George-Étienne Cartier, étaient de grands amateurs de vin. D'ailleurs, les négociations et délibérations qui ont mené à la création du Canada ont souvent été teintées de rouge et de blanc.

La description du bal qui clôture la conférence de Charlottetown, en 1864, offre un aperçu de l’ambiance festive qui y régnait. Sherry, champagne et vins prestigieux figuraient sur le menu des représentants des colonies de l'Amérique du Nord britannique, souligne Joanne Burgess.

La description des déplacements du cortège de politiciens de l’époque, au Québec et en Ontario, révèle également que le champagne coulait à flots tout au long de leurs voyages.

Le vin pour l'élite, la bière pour le peuple
L’examen de la presse de l’époque offre aussi un portait assez fidèle des pratiques de consommation de vin pendant la deuxième moitié du 19e siècle. Le vin était alors une boisson que consommaient surtout les membres de l’élite. Cette dernière avait une préférence marquée pour les vins français, surtout le Bordeaux. Le vin blanc de la région du Rhin avait aussi la cote.

L’inventaire de la cave de George-Étienne Cartier, effectué après sa mort, a permis de découvrir à quel point le politicien était un grand amoureux du vin : dans sa résidence d’Ottawa, on a trouvé 240 bouteilles de Bordeaux, 4 caisses de champagne et 10 caisses d’autres vins. Dans sa maison de campagne, un baril de Sherry, un baril de Bordeaux, quatre caisses de champagne et une caisse de brandy ont été trouvés.

Si le vin était l'affaire de l'élite, la bière et les spiritueux étaient pour leur part les alcools de prédilection pour la majorité des Canadiens du 19e siècle.

À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, de vastes mouvements sociaux sont nés pour dénoncer l’alcool et ses effets néfastes sur les mœurs. C'était l’époque de la prohibition, qui a pris fin dans les années 1920, au Québec, avec la mise sur pied de la Commission des liqueurs de Québec.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt des Canadiens pour le vin n’est allé qu’en croissant, note Joanne Burgess. On a alors assisté à une véritable démocratisation de sa consommation non seulement au Canada, mais aussi dans toute l’Amérique du Nord.

Chargement en cours