Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Matthieu Dugal
Audio fil du mardi 13 juin 2017

Aménager facilement un jardin sur son balcon

Publié le

Stéphanie Lévesque, experte en rénovation
Stéphanie Lévesque, experte en rénovation   Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

« Je veux que vous mettiez les mains dans la terre et dans la fabrication de votre jardin, parce que c'est beaucoup plus drôle et plus valorisant », s'exclame Stéphanie Lévesque. La chroniqueuse experte en rénovation donne ses conseils pour concevoir un jardin urbain durable et facile à mettre en place.

Du bois et de l’imagination
Rares sont les citadins qui profitent d’un grand terrain en ville, et nombreux sont ceux qui doivent se contenter d’un balcon. Sur celui-ci, Stéphanie Lévesque conseille de fabriquer soi-même des jardinières en bois. « Utiliser du bois, c’est économique, c’est facile à travailler, même pour les gens qui ont peu d’outils et peu d’habileté », explique-t-elle.

Pour clouer, les classiques clous et marteaux n’ont pas sa faveur. Lorsque l’on essaye de clouer sur la base en bois d’une jardinière, celle-ci bouge, ce qui risque de décourager les impatients qui n’iront pas au bout du projet, selon elle. Elle privilégie le pistolet à clous , plus facile d’usage.

Choisir les jardins suspendus pour gagner de l’espace
Stéphanie Lévesque s’enthousiasme pour les jardins suspendus : « J’adore ces jardins-là, car on n’a rien dans les pattes! »

Les règlements de copropriété sont clairs : il n’est pas permis de mettre des jardinières suspendues à l’extérieur d’un balcon, car celles-ci pourraient tomber sur des passants. Toutefois, si elles sont orientées vers l’intérieur, alors elles sont acceptées. Pour suspendre ses jardinières, Stéphanie Lévesque a utilisé un petit marchepied en bois traité qui lui a coûté moins de dix dollars. Une fois perforé à la perceuse, le marchepied peut accueillir des pots de céramique, de terre cuite, ou encore des tuyaux de PVC coupés, plus légers.

Quelle que soit l’option retenue, l’experte en rénovation conseille de ne pas oublier de faire un croquis avant de se lancer.

Chargement en cours