Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du mardi 16 mai 2017

Les Canadiens ont encore de la difficulté à parler d’anxiété et de dépression

Publié le

L'omnipraticien Simon-Pierre Landry
L'omnipraticien Simon-Pierre Landry   Photo : Radio-Canada / Julien Lamoureux

Le sondage réalisé par Les éclaireurs démontre qu'il existe encore « de la stigmatisation autour des problèmes de santé mentale », analyse l'omnipraticien Simon-Pierre Landry. En effet, si les répondants disent ne pas être très préoccupés par leur santé mentale, c'est peut-être parce qu'ils ne souhaitent pas avouer avoir les problèmes, majeurs et mineurs, reliés à cet aspect de leur vie.

Dans les faits, ces problèmes sont très présents au sein de la société canadienne. Le chroniqueur s’appuie sur quelques statistiques : il mentionne entre autres que de 20 à 30 % des consultations en cabinet et des visites à l’urgence sont liées ou, du moins, concomitantes à des troubles mentaux et psychologiques variés, et que le Canada arrive au troisième rang mondial en termes de consommation d’antidépresseurs.

[Les problèmes de] santé mentale, ce n’est pas une préoccupation, mais c’est très prévalant dans nos sociétés modernes.

Simon-Pierre Landry

« Dr Google », un complément valable
Simon-Pierre Landry n’est ni déçu ni inquiet de voir qu’Internet (69 %) arrive près du médecin (79 %) dans les sources d’information en santé. Selon lui, « les gens vont sur Internet, mais vont quand même chercher l’avis d’un professionnel qui va mettre ça en perspective ». « Je fais la même chose avec mon courtier d’assurances! »

« Avant, le médecin était un peu tout puissant, il avait une autorité importante sur le patient. Il n’y avait pas de négociation. Ça a beaucoup évolué, maintenant, c’est d’égal à égal. Il informe adéquatement son patient, mais ce dernier est l’ultime décideur », déclare l’omnipraticien.

Ce comportement-là est tout à fait compréhensible, surtout avec des professionnels de la santé parfois rares.

Simon-Pierre Landry

Découvrez tous les résultats du sondage et comparez-vous avec les répondants sur le site qui lui est consacré.

Chargement en cours