Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patrick Masbourian
Audio fil du mardi 17 janvier 2017

Poids : le microbiome intestinal pour expliquer l’effet yoyo

Publié le

La journaliste scientifique Marianne Desautels-Marissal
Marianne Desautels-Marissal est une experte de tout ce qui concerne le microbiome humain.   Photo : Radio-Canada / Julien Lamoureux

Une récente étude israélienne à propos des communautés bactériennes de l'intestin humain – le microbiome – remet de nouveau en cause l'efficacité des diètes et régimes minceur. Selon Marianne Desautels-Marissal, ces nouvelles données expliquent aussi en partie pourquoi 80 % des gens qui perdent du poids le reprennent en moins d'un an, ce qu'on appelle communément l'effet yoyo.

« La recherche montre que les facteurs [expliquant l’effet yoyo] sont environnementaux et surtout biologiques, et pas seulement liés à la volonté », ajoute la journaliste scientifique. La science s’approchait déjà depuis quelques années d’une explication précise de ce phénomène et les travaux de l’équipe israélienne permettent de mettre le microbiome sur le banc des accusés en compagnie du métabolisme.

Interactions biochimiques
Les bactéries du microbiome changent à des rythmes variés lorsque les habitudes alimentaires de leur hôte sont modifiées. Certaines réagissent plus lentement; il est ainsi possible de repérer une personne qui a récemment perdu beaucoup de poids, même si les autres marqueurs métaboliques, comme le taux de cholestérol, sont revenus au même niveau que celui d’une personne en bonne santé.

Ce microbiome de type obèse, explique Marianne Desautels-Marissal, interagit biochimiquement avec le reste de l’organisme, ce qui facilite l’absorption de gras et entraîne moins de dépense calorique. Bref, un changement subit de diète chez une personne a, à moyen terme, l’effet inverse de celui escompté.

Selon la chroniqueuse, il faut préconiser une modification graduelle de l’alimentation et une adoption de saines habitudes pour la vie plutôt qu’un régime draconien dont les effets miraculeux et rapides s’estompent rapidement.

Chargement en cours