Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Chargement en cours

Stéphane Garneau
Audio fil du samedi 13 février 2016

Quand le médecin n'est plus omniscient, ou la révolution du patient-partenaire

Publié le

Vincent Dumez, lui-même atteint de trois maladies chroniques, est co-directeur de la Direction collaboration et partenariat patient de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.
Vincent Dumez, lui-même atteint de trois maladies chroniques, est co-directeur de la Direction collaboration et partenariat patient de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Photo : Radio-Canada/Stéphanie Dufresne

L'ère du médecin qui sait tout sur la santé du patient est définitivement révolue. À preuve, des facultés de médecine intègrent désormais les patients dans la formation de leurs étudiants. Ceux-ci n'y sont pas traités comme de simples cobayes, mais comme de véritables experts de leur propre santé. L'objectif : faire appel à la connaissance qu'ont les malades chroniques de leur état et de développer la capacité du patient à s'autogérer. Vincent Dumez, lui-même atteint de trois maladies chroniques, codirige le partenariat patient à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal. 

« Nos patients n'arrivent plus dans notre bureau avec des symptômes, mais avec des diagnostics », constatent les médecins que Vincent Dumez côtoie dans son travail. Les médecins, autrefois considérés comme ayant une autorité incontestable, doivent désormais apprendre à reconnaître et à intégrer le savoir des patients dans leur approche de traitement. 

Une grande majorité du processus de soin, quand on y pense bien, se passe à l'extérieur de l'hôpital. On a une vue encore trop hospitalocentrée.

Le principe directeur de l'approche du patient-partenaire est donc double. D'une part, on enseigne aux professionnels de la santé à reconnaître et à valoriser les savoirs expérientiels de leurs patients. « Les patients qui vivent avec leur maladie tous les jours ont d'énormes savoirs expérientiels », explique Vincent Dumez. D'autre part, l'objectif est d'autonomiser le patient pour qu'il puisse prendre soin de lui-même de manière régulière, et qu'il n'ait recours au médecin qu'en cas de crise.

À propos

Ce magazine, à la fois ludique et rigoureux, traite de consommation et de santé, des sujets qui préoccupent nos contemporains. Sophie-Andrée Blondin et ses collaborateurs, présents durant toute l'émission, déboulonnent les mythes qui ont souvent cours dans ces domaines. Des experts sont invités en studio pour faire part de leur expérience ou de leur opinion sur un thème donné. Des capsules d'information alimentent la discussion.

Des chroniqueurs se greffent à l'occasion pour parler de différents champs d'expertise : finances personnelles, voyage, droit du consommateur, science, etc.

Toutes les semaines, il y a un coup de sonde autour du monde afin d'y faire des trouvailles, que ce soit un objet ou une tendance dans la société.

Les auditeurs sont invités à participer à la discussion grâce aux réseaux sociaux.

Équipe

Animation : Stéphane Garneau
Recherche : Annie Richer

Chroniques
Véronick Raymond, comédienne et communicatrice
Christian Bourque, expert en marketing,
Jean-François Ouellet, expert en marketing
Mariane Desautels, journaliste scientifique
Karine Bériault, omnipraticienne
Madeleine Goubau, journaliste spécialisée en mode
Sylvain B. Tremblay, planificateur financier
Denis Fortier, physiothérapeute
Jean-Philippe Pilon, pharmacien
Marie-Julie Gagnon, spécialiste des voyages
Luc Arbour, expert en marketing automobile
Jean Gauvin, vétérinaire
Gilles Payer, journaliste à la revue des consommateurs
Patrick Dion, chroniqueur de la petite histoire des objets de consommation

Assistance à la réalisation : Nadine Viel et Félicie Faugère
Réalisation : Nancy Vanasse
Site Internet : Philippe Couture

Baladodiffusion

Chargement en cours