Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 15 octobre 2017

Lutte aux changements climatiques : des scientifiques souhaitent détourner les rayons du soleil

Publié le

Une jeune pousse émerge d'un sol craquelé.
La géo-ingénierie vise à réduire le rayonnement solaire et à enlever du gaz carbonique dans l'atmosphère.   Photo : getty images/istockphoto / gece33

Devra-t-on un jour lâcher des particules aérosols dans l'atmosphère pour réparer le climat? Pour le moment, ce type de géo-ingénierie est encore de la science-fiction. Toutefois, la gestion du rayonnement solaire fait déjà partie des méthodes envisagées pour limiter la hausse des températures. Des chercheurs qui étudient sérieusement cette avenue étaient réunis cette semaine à Berlin pour la deuxième Climate Engineering Conference.

SCoPEx, une première
Le projet SCoPEx sera la plus importante expérience de géo-ingénierie solaire réalisée à ce jour. Dans un an, l’équipe de l’Université Harvard prévoit tester sa méthode à 20 km dans l’atmosphère au-dessus de Tucson, en Arizona. De 100 g à 1 kg de particules de carbonate de calcium pourraient être relâchées dans l’atmosphère.

Illustration du projet SCoPEx, un ballon envoyé dans l'atmosphère par l'Université Harvard.
Le projet SCoPEx, de l’Université Harvard, sera la plus importante expérience de géo-ingénierie solaire réalisée à ce jour.   Photo : Photo : Projet SCoPEx, Université Harvard.

Une recherche à baliser
À peine une centaine de scientifiques dans le monde étudient sérieusement la géo-ingénierie. Avant d’aller de l’avant avec des expériences in situ, il faut prendre le temps de baliser la recherche, car les risques sont nombreux, selon Janos Pasztor. Cet ancien conseiller spécial de Ban Ki-moon sur les questions climatiques aux Nations unies est aujourd’hui responsable du projet sur la gouvernance de la géo-ingénierie au Carnegie Council à New York.

 

Chargement en cours