Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Animatrice Sophie-Andrée Blondin
Audio fil du dimanche 14 mai 2017

L’éducation et le savoir pour lutter contre la radicalisation des jeunes

Publié le

Le 29 janvier 2017, des gens font une veillée en hommage aux victimes de l'attentat au Centre culturel islamique de Québec.
La radicalisation peut mener à la violence extrême, comme on l'a vu en janvier à Québec, mais elle peut prendre bien d'autres formes.   Photo : AFP / Alice Cliche

Faire émerger l'esprit critique des étudiants et leur offrir des espaces libres de parole sont deux grands axes permettant de combattre la radicalisation des jeunes, estime Jérôme Champagne, professeur au Cégep de Maisonneuve. En compagnie du politicologue Benjamin Ducol, il participait à un colloque sur cet épineux sujet à l'occasion du 85e congrès de l'Association francophone pour le savoir.

Combattre la radicalisation, c’est aussi lutter contre ses préjugés. Benjamin Ducol explique qu’elle ne porte pas toujours les couleurs d’une religion et qu’elle ne se manifeste pas toujours par du terrorisme, ou même par de la violence. « En soi, le problème de la radicalisation, c’est une question plus large de polarisation de la société; ce n’est pas nécessairement de la violence », ajoute Jérôme Champagne, qui met aussi en garde contre la stigmatisation de certaines communautés, laquelle peut entraîner un puissant sentiment de frustration.

Cette entrevue a été réalisée lors d'une émission spéciale enregistrée le jeudi 11 mai 2017 à la salle Redpath de l'Université McGill à l'occasion du 85e congrès de l'Association francophone pour le savoir (Acfas).

Chargement en cours